Photo: Gracieuseté - STM

Les négociations piétinent entre la Société de transport de Montréal (STM) et ses employés d’entretien dans les dernières semaines, si bien que la société à la ministre du Travail, Dominique Vien, de nommer un médiateur dans ce dossier.

La grève des heures supplémentaires des employés d’entretien, qui s’est tenue du 7 au 12 mai dernier, n’a pas été sans conséquence sur le service de bus, selon la STM. «Ce moyen de pression a notamment privé les clients du service de 57 bus, qui auraient normalement dû prendre la route pendant cette période. De plus, ce sont 513 heures de service qui ont dû être coupées aux périodes de pointe pour la semaine au total sur différentes lignes et dans différents secteurs qui sont imputables à l’entretien», a affirmé la société par voie de communiqué.

La convention collective des employés d’entretien est échue depuis le début de 2018.

Du côté des chauffeurs d’autobus et des opérateurs de métro, la STM se dit prête à intensifier les négociations afin de «trouver rapidement un terrain d’entente pour les parties». Leur syndicat s’est doté d’un mandat de grève mais celui-ci n’a pas été mis en application.

À l’heure actuelle, les rencontres de négociations se poursuivent régulièrement entre les deux groupes.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!