Alain Vandal /Pointe-à-Callière Sur le site du fort de Ville-Marie, Pointe-à-Callière mène une école de fouilles archéologiques en partenariat avec l’Université de Montréal. Des fouilles s’y tiennent encore, en mai et juin de cette année.

Chaque lundi, Métro, en collaboration avec Pointe-à-Callière, propose une capsule historique sur Montréal.

En mai 1642, Paul de Chomedey de Maisonneuve, Jeanne Mance et une cinquantaine de personnes arrivées l’année précédente à Québec partent vers l’île de Montréal. Ils débarquent sur une pointe de terre formée par la rencontre du Saint-Laurent et d’une petite rivière. Venus fonder Montréal, ils s’établissent d’abord en ce lieu, où ils érigent un fort qu’ils nomment Ville-Marie. La menace iroquoise est constante, et les victimes sont nombreuses; en témoigne le cimetière aménagé tout près du fort dès juin 1643.

Avec le temps, on abandonne cette première habitation et on bâtit des maisons sur le coteau, de l’autre côté de la petite rivière. En 1683, Louis-Hector de Callière, troisième gouverneur de Montréal, fera construire sa résidence sur la pointe où s’élevait ce fort.

Il faudra attendre les fouilles archéologiques effectuées dans le Vieux-Montréal, à partir de 2002, dans le cadre de l’École de fouilles archéologiques de Pointe-à-Callière, pour que des vestiges du fort soient redécouverts. Le Musée explore depuis ce site qui se trouve au 214, place D’Youville, et a créé, avec des partenaires dont l’Université de Montréal, la première école de fouilles archéologiques en milieu urbain. On comprend mieux désormais la configuration des lieux et la nature des bâtiments. Depuis, des artefacts nombreux datant de l’époque de Ville-Marie ont été mis au jour, dont un cadran solaire en ardoise.

Tiré de Signé Montréal, édité par Pointe-à-Callière

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!