Archives Métro

Alors que les cyclistes reprendront bientôt d’assaut les pistes cyclables, des organismes qui les représentent pressent le gouvernement de moderniser un Code de la sécurité routière qu’ils jugent vétuste.

C’est qu’il y a plus de 30 ans que le Code a connu une révision majeure, selon le porte-parole de la Coalition vélo de Mont­réal, Mathieu Séguin. Résultat, il ne tient pas compte des réalités d’aujourd’hui, alors que de plus en plus de personnes utilisent le vélo pour se déplacer.

«Le Code de la route définit c’est quoi une bicyclette, mais il n’y a pas de réglementation particulière pour ça. On considère essentiellement le vélo comme n’importe quel autre véhicule», explique ce dernier.

Par exemple, l’amende pour l’emportiérage n’est que d’une trentaine de dollars. «C’est moins que certaines infractions de stationnement, alors que c’est quelque chose qui met en danger la sécurité des cyclistes. On a eu des décès pour des choses comme ça», avance-t-il.

En avril 2014, au lendemain du décès de Mathilde Blais, cette jeune cycliste happée par un camion dans le tunnel de la rue Saint-Denis sous la rue des Carrières, le ministre des Transports de l’époque, Robert Poëti, s’était montré ouvert à l’idée de réviser le Code de la sécurité routière pour améliorer la sécurité des cyclistes.

Des consultations ont eu lieu au printemps et à l’été 2015, et la Coalition s’attendait à ce qu’un projet de loi soit déposé au cours de la présente session. Mais depuis, c’est le silence radio du côté de Québec, avance M. Séguin, surtout depuis que le premier ministre a confié à Jacques Daoust le portefeuille des Transports. «Visiblement, le ministre des Transports a revu ses priorités. On voit qu’il se concentre plus sur Uber», déplore M. Séguin.

Du côté du cabinet du ministre des Transports, Jacques Daoust, on a affirmé qu’une révision du Code est toujours sur la table. «Plusieurs projets sont actuellement à l’étude en [commission parlementaire], a fait savoir l’attachée de presse du ministre, Mélissa Turgeon, par courriel, en mentionnant entre autres les consultations sur l’industrie du taxi. Le dépôt du nouveau Code se fera quand l’agenda de la commission parlementaire et de l’Assemblée nationale le permettra.»

Décalage
D’autres éléments du Code de la sécurité routière que la Coalition vélo considère comme dangereux pour les cyclistes:

  • L’absence d’une distance minimale pour dépasser un cycliste. La Coalition aimerait qu’on en détermine une, ou qu’on exige que les automobilistes changent de voie avant de dépasser un cycliste.
  • De faibles amendes pour la distraction au volant et pour la vitesse. Les chauffards qui textent sont particulièrement dangereux, selon M. Séguin.
  • L’obligation de circuler à l’extrême droite de la chaussée. «Les routes sont souvent en mauvais état, affirme M. Séguin. En ville, on est très près des zones de stationnement, et donc rouler à l’extrême droite nous rend vulnérables à l’emportiérage.»

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!