Collaboration spéciale Elvis Chief

Le chef par intérim de la Long Point First Nation, à Winneway en Abitibi, Elvis Chief, a été condamné à aller vivre dans Parc La Verendrye lundi après-midi lors d’une comparution à Ville-Marie. Il avait été arrêté le 25 juin en lien avec des accusations d’actes à caractère sexuels sur une personne de moins de 16 ans.

Il s’est présenté devant la juge de paix fonctionnaire, Sophie Foster, et la Couronne, Me Marc-André Roy, les pieds enchaînés, le teint blafard, simplement vêtu d’un bermuda et d’un t-shirt.

La juge de paix a entériné la demande de la Couronne qu’il aille vivre dans un lieu situé dans le Parc La Verendrye, à une distance importante de la communauté algonquine située à Winneway où les faits reprochés se seraient produits le 24 juin. L’homme de 58 ans est accusé d’avoir touché une partie du corps à des fins sexuelles d’une personne de moins de 16 ans et d’avoir incité une personne de moins de 16 ans à toucher une partie de son corps.

«Parmi les conditions demandées, il était important pour nous que, ni la présumée victime, ni ses proches, n’aient de contact ou sentent quelque pression que ce soit de la part de l’accusé, à indiqué le procureur de la Couronne, Me Marc-André Roy. Une caution de 500 $ nous avait également semblé raisonnable.»

Le chef par intérim de la Long Point First Nation a été libéré en fin d’après-midi après le dépôt de sa caution. Parmi les conditions qu’il a acceptées, il ne doit pas s’approcher de la résidence de la présumée victime dans un rayon de 5 km, ni se trouver en présence de mineurs sans être accompagné d’une personne responsable.

Il comparaîtra à nouveau le 28 août.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!