VANCOUVER – Un jeune Britanno-Colombien dont l’existence a été profondément modifiée lorsqu’il a pris part à l’émeute de la Coupe Stanley et pillé du maquillage dans un grand magasin de Vancouver, aimerait pouvoir revenir en arrière.

Dans une lettre d’excuses officielles remise à la Cour provinciale de la Colombie-Britannique, lundi, Robert Snelgrove indique toutefois qu’il est «inutile de se morfondre sur quelque chose qu’il est impossible de changer».

Il y a plus d’un an, quelques jours seulement après l’émeute du 15 juin, l’homme de 25 ans s’est lui-même rendu aux policiers en raison de sa participation à cet acte criminel.

Il a ainsi avoir volé des articles chez Sears et s’est excusé de son comportement lors de trois entrevues distinctes. Le jeune homme a reçu sa peine la semaine dernière, lorsqu’un juge l’a condamné à cinq mois de résidence surveillée et à 150 heures de travaux communautaires.

M. Snelgrove est la troisième personne à être condamnée, et fait partie d’un groupe de 23 individus ayant plaidé coupable. Environ 113 dossiers sont toujours en instance de jugement, alors que la police de Vancouver prévoit que plus de 300 personnes seront éventuellement accusées.

Selon l’avocate de M. Snelgrove, Chandra Corriveau, celui-ci n’a pas invité d’autres gens à l’aider à voler des produits de maquillage, et n’a pas provoqué de dommages. Certains émeutiers devraient obtenir des peines d’emprisonnement, a-t-elle dit, mais son client n’est pas du nombre.

Les dommages causés lors de l’émeute à des commerces et à des véhicules a dépassé 3,4 millions $, tandis que l’enquête sur l’incident a coûté 2 millions $ à la police.

Les émeutiers ont renversé et incendié des voitures, fracassé des vitrines et pillé des magasins, en plus d’agresser des passants dans le centre-ville de Vancouver après que les Canucks eurent perdu le septième match de la Coupe Stanley contre les Bruins de Boston.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!