TORONTO – Après des années de sanctions sévères à l’égard du Myanmar, le Canada a annoncé mercredi une initiative pour mousser les relations économiques avec le pays.

Le ministre du Commerce international, Ed Fast, doit se rendre au pays de l’Asie du Sud-Est en septembre, et il serait accompagné pour l’occasion par une délégation de leaders canadiens du milieu des affaires.

Le ministre Fast deviendrait le premier ministre du gouvernement fédéral à visiter le Myanmar depuis que les sanctions commerciales imposées au pays ont été allégées, à la fin d’avril.

Ottawa avait alors annoncé l’ouverture de son ambassade à Rangoun, la capitale, dans un geste visant à reconnaître les avancées dans le pays au chapitre des droits humains et de la démocratie.

Malgré l’optimisme affiché par Ottawa quant à sa relation bilatérale en matière de commerce, certains groupes de défense des droits de la personne et pro-démocratie préviennent que le pays anciennement connu sous le nom de la Birmanie, fait toujours piètre figure dans le dossier des droits de l’Homme.

Le ministre Fast a tenté d’atténuer ces craintes en affirmant qu’Ottawa continuait à épauler le pays dans son processus de réformes et de modernisation, à l’heure où le Canada tente d’établir une relation plus ouverte avec la région.

Il a soutenu que le climat était en train de changer, «lentement mais sûrement», et que le gouvernement fédéral aimerait que de tels changements se poursuivent.

Le ministre Fast a fait cette annonce après avoir pris part à une rencontre à huis clos à Toronto avec plusieurs sociétés canadiennes affirmant être «pressées» de faire des affaires dans le pays.

Entre autres entreprises ayant assisté à la réunion figurent Research In Motion, SNC-Lavalin, Bombardier et les firmes de consultants Nextep Strategy, Prudential Consulting et Deloitte.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!