CP

VANCOUVER – Le ministre canadien des Ressources naturelles encourage les entreprises de la Colombie-Britannique à «partager le fardeau» afin d’améliorer la perception du public envers le développement de l’exploitation de ressources controversées, incluant la construction d’oléoducs.

Joe Oliver a déclaré que les entreprises ne devaient pas éviter le débat, mais plutôt collaborer avec le gouvernement fédéral afin de démontrer les avantages économiques des projets.

Lors d’un déjeuner organisé par un conseil d’entreprises de la Colombie-Britannique, il a dit qu’il fallait tout faire afin de respecter l’environnement et la sécurité lors de la construction d’oléoducs, tout en touchant le public au niveau des émotions.

M. Oliver a mentionné qu’un obstacle majeur du gouvernement est la diffusion de fausses informations, citant comme exemple une étude scientifique qui nie la notion selon laquelle le passage de bitume dilué dans un oléoduc était plus corrosif que du pétrole brut.

Le public et les nations amérindiennes ont condamné le projet de construction d’un oléoduc de l’Alberta vers un port du nord-ouest de la Colombie-Britannique par la compagnie Enbridge et le prolongement d’un oléoduc de Kinder Morgan à travers Vancouver. Ils croient que les risques environnementaux en cas de fuite sont trop importants pour justifier les bénéfices économiques.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!