Jacques Boissinot / La Presse Canadienne Robert Dutil, Jean Charest

QUÉBEC – À la fin d’un repas au restaurant, les clients pourront bientôt quitter les lieux avec leur bouteille de vin entamée sous le bras, ce qui est actuellement illégal.

La loi sur les permis d’alcool sera modifiée et le ministre de la Sécurité publique, Robert Dutil, qui parraine le projet de loi 68 déposé mardi, a dit qu’il avait voulu trouver un compromis entre deux objectifs: assouplir les règles en vigueur, mais sans encourager pour autant les gens à consommer davantage d’alcool.

«Il y a un équilibre que nous voulions préserver», a dit le ministre en point de presse. Québec cherchait à «apporter davantage de souplesse, tout en n’apportant pas davantage d’incitation à la consommation d’alcool», a-t-il dit.

Ainsi, par exemple, une bouteille de vin achetée au restaurant et bue à moitié pourra être refermée hermétiquement et rapportée à la maison par le client.

Il sera aussi possible de consommer de l’alcool à la terrasse d’un bar, accompagné d’un enfant, plus tard le soir, jusqu’à 23 heures au lieu de 20 heures. L’intérieur du bar, cependant, demeurera toujours interdit aux mineurs.

L’interdiction de consommer de l’alcool dans un restaurant si on ne commande pas aussi un repas sera également assouplie.

Par contre, les règles imposées aux détenteurs de permis d’alcool seront resserrées. En plus du détenteur de permis, le gérant de l’établissement devra lui aussi montrer patte blanche sur son passé judiciaire. Dans ce cas, la modification est faite à la demande des services policiers. On veut ainsi éviter que le milieu des bars soit contrôlé par des gens ayant un casier judiciaire.

«On ne pourra plus gérer l’établissement sans avoir les mêmes contraintes que celui qui détient le permis», a dit le ministre.

De plus, dans certains types d’établissements possédant un permis d’alcool, le personnel devra être mieux formé et mieux informé de la loi, et savoir «ce qu’il a le droit et pas le droit de faire» relativement au service de boissons alcoolisées.

Québec assouplit aussi certaines règles destinées aux détenteurs de permis: même si l’édifice qu’ils possèdent abrite plusieurs lieux où on sert de l’alcool, ils n’auront plus qu’un seul permis à demander.

Ce projet de loi «tient compte de l’évolution de la société», croit le ministre.

Dans un communiqué émis en début de soirée, mardi, l’Union des tenanciers de bars du Québec (UTBQ) s’est dite favorable au projet de loi, mais a manifesté ses réserves face à un élément.

«Le gouvernement a retenu en substance toutes les propositions soumises par l’Union des tenanciers de bars du Québec et a su cerner les modifications devenues nécessaires par l’évolution de ce marché, en pleine effervescence au Québec», note l’organisme.

L’UTBQ regrette cependant que le gouvernement du Québec autorise une permission aux mineurs de tous les âges d’accompagner un adulte sur une terrasse jusqu’à 23h.

«Bien que la proposition soit acceptable quant à l’heure maximale de la présence desdits mineurs, l’imposition d’un âge minimal est nécessaire, voire indispensable.»

On compte 12 000 détenteurs de permis d’alcool au Québec et 17 000 permis de restaurants.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus