OTTAWA – Le gouvernement fédéral impose de nouvelles sanctions contre des personnes et groupes en Russie et en Ukraine, mardi, trois jours après l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu fragile.

Le premier ministre Stephen Harper a annoncé mardi l’imposition de nouvelles sanctions économiques et de nouvelles interdictions de voyager contre 37 individus russes et ukrainiens, ainsi que des sanctions économiques à l’endroit de 17 entités russes et ukrainiennes.

M. Harper a déclaré par communiqué que ces mesures étaient mises en œuvre en réaction à une série «d’actes d’agression de plus en plus graves perpétrés par les militants soutenus par la Russie au cours des dernières semaines».

Le premier ministre a ajouté que le gouvernement surveillait de près la mise en œuvre de l’accord de cessez-le-feu conclu à Minsk le 12 février, et qu’il était prêt à mettre en place de nouvelles mesures «contre la Russie et les insurgés qu’elle soutient s’ils omettaient fondamentalement d’appliquer les dispositions de cet accord».

Selon la note d’information du gouvernement fédéral, ces nouvelles sanctions visent en outre plusieurs têtes dirigeantes des forces armées russes, dont le major-général de l’armée russe, Alexeï Naumets, le lieutenant-général de l’armée russe, Igor Tourtcheniouk, ainsi que le vice-ministre de la Défense, Anatoli Antonov. Ottawa s’en prend aussi à bon nombre de leaders des rebelles ukrainiens prorusses, ministres et commandants des autoproclamées «républiques populaires de Lougansk et Donetsk».

Le conflit dans l’est de l’Ukraine a fait plus de 5600 morts et chassé plus d’un million de personnes de chez elles, selon des données publiées lundi par les Nations unies.

«La position du Canada demeure claire: nous reconnaissons la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, et nous ne reconnaîtrons jamais l’occupation illégale par la Russie de quelque partie du pays que ce soit», a déclaré M. Harper.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!