Jacques Boissinot / La Presse Canadienne Le premier ministre Jean Charest, et la ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne

Jean Charest pourrait opter pour une loi spéciale pour forcer le retour en classe des étudiants en grève.

C’est ce que qu’indique mercredi matin le quotidien La Presse, qui précise que la nouvelle ministre de l’Éducation Michelle Courchesne n’a pas abordé cette question lors de sa brève rencontre avec les leader étudiants mardi soir. Un rencontre par ailleurs qualifiée de positive par les leaders étudiants.

Le projet de loi prévoirait des amendes particulièrement salées pour les étudiants qui continueraient de bloquer les établissements et aussi pour les associations qui continueraient de cautionner ce genre de gestes. D’après La Presse, le gouvernement pourrait décider de voter cette loi dès cette semaine si les négociations n’aboutissent pas.

Selon le porte parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois une loi spéciale serait «inacceptable, antidémocratique, ignoble de la part du gouvernement». «Ce serait un grand retour en arrière pour le Québec que de mettre fin à une grève par la force policière ou par la force de la loi», a-t-il ajouté.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus