Ian Jackson Ian Jackson / La Presse Canadienne

EDMONTON – Un rapport sur le désastre de Slave Lake, survenu au printemps dernier, indique que le danger des feux de forêts en Alberta a crû jusqu’au point où il commence à dépasser la capacité de la province d’y faire face.

Le document indique entre autres que le sinistre alimenté par les vents se déplaçait plus vite que la capacité des responsables de communiquer entre eux ou avec les habitants de Slave Lake. Conséquement, les résidants n’ont pas été informés de la vitesse à laquelle le risque pour leur communauté et eux-mêmes augmentait.

Pour Bill Sweeney, qui a dirigé l’enquête sur le brasier qui a détruit plus de 500 maisons et bâtiments et coûté près d’1 milliard $, il s’agit d’une nouvelle réalité en lien avec la menace posée par les feux de forêts dans la province.

M. Sweeney, un agent de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à la retraite, estime que les responsables auraient dû en faire davantage pour informer les gens à propos des raisons pour lesquelles les feux devaient si dangereux, soit leur distance par rapport à la ville, la quantité de matière inflammable dans la forêt environnante et la violence des vents qui nourrissaient les flammes.

Le rapport souligne également des problèmes de communication entre le gouvernement provincial et d’autres organisations. Au dire du document, les communications au sein du ministère du Développement durable des ressources et entre les agences impliquées manquaient de clarté et n’étaient pas suffisamment planifiées à certains moments.

Des systèmes radiophoniques surchargés, des pannes de courant et la perte du signal téléphonique sans-fil ont empiré les choses, bien que le rapport précise que beaucoup d’informations ont été transmises via les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter.

Le principal message du rapport est que la situation a changé en Alberta en matière de risque de feux de forêt, et que la province doit s’adapter. Le climat change également. À preuve, les vents de 50 à 60 km/h qui ont soufflé pendant cinq jours consécutifs à Slave Lake, un record depuis 35 ans dans la région.

Le rapport offre 21 recommandations.

L’une de ces suggestions est d’inclure les informations sur les menaces éventuelles posées par un feu dans les annonces gouvernementales. Une autre recommandation propose de mieux former les employés responsables des communications avant, pendant et après un feu de forêt.

La ministre Diana McQueen, responsable de l’Environnement et du Développement durable des ressources, a promis une «réponse précise et en temps» à toutes les recommandations. Elle a ajouté qu’il était trop tôt pour fournir une estimation des coûts pour certains des changements recommandés par le rapport.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus