The Canadian Press Amanda Lindhout

OTTAWA – La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a arrêté et accusé un homme originaire de la Somalie en lien avec l’enlèvement de la journaliste indépendante canadienne Amanda Lindhout.

Mme Lindhout et le journaliste australien Nigel Brennan avaient été enlevés près de Mogadiscio, en Somalie, en août 2008. Ils ont tous les deux été libérés le 25 novembre 2009.

La GRC précise qu’Ali Omar Ader, originaire de la Somalie, fait face à des accusations criminelles pour son présumé rôle de négociateur dans la prise d’otage. Il a été arrêté jeudi à Ottawa.

La GRC a affirmé que le suspect se trouvait en ville depuis quelques jours, mais la force policière fédérale n’a pas voulu révéler comment il était entré au Canada.

Lors d’une conférence de presse convoquée vendredi matin dans la capitale fédérale, le commissaire adjoint de la GRC, James Malizia, a expliqué que les équipes intégrées de la sécurité nationale de la GRC, d’autres équipes de la police fédérale et des agences partenaires avaient travaillé sur cette affaire depuis l’enlèvement qui s’est produit il y a sept ans.

Les détails de cette enquête de longue haleine — qui a impliqué des opérations d’infiltration, de la surveillance et de l’écoute électronique — seront dévoilés en cour, a-t-il précisé.

«Cette enquête a posé bon nombre de défis parce qu’elle s’est déroulée dans un environnement à haut risque dans un pays miné par l’instabilité politique», a-t-il indiqué.

M. Malizia n’a pas voulu dire si le gouvernement de la Somalie était au courant de l’enquête.

Lors de sa brève comparution en cour par visioconférence vendredi, M. Ader, les bras derrière le dos, n’a montré aucune émotion. L’affaire a été ajournée à vendredi prochain.

«Nous avons peu d’information que nous pouvons vous transmettre en toute confiance, a dit son avocat Samir Adam. Parce que nous sommes vraiment au tout début du processus, nous ne sommes pas vraiment en position de commenter».

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Steven Blaney, a félicité la GRC pour son travail.

«C’est un message très clair qui est envoyé ce matin (vendredi) à quiconque enfreint les lois, s’attaque à des citoyennes et des citoyens canadiens (…), on va les traquer et ils vont faire face à la justice canadienne», a-t-il déclaré.

Amanda Lindhout, âgée de 34 ans, a publié un récit à succès dans lequel elle relate son expérience traumatisante, dont les agressions sexuelles qu’elle a subies en captivité.

En 2009, la femme originaire de Red Deer, en Alberta, a mis sur pied la fondation Global Enrichment, une organisation sans but lucratif dédiée à la promotion du leadership en Somalie par des programmes d’éducation basés dans la communauté.

M. Malizia a loué Mme Lindhout, M. Brennan et leurs proches pour leur courage et pour avoir fourni des déclarations à la police qui ont aidé l’enquête.

«La GRC comprend pleinement que les enquêtes criminelles et les poursuites subséquentes sont difficiles. Les victimes et les témoins doivent revivre des événements qu’ils n’auraient pas dû subir en partant», a dit M. Malizia.

«J’ai été en contact personnellement avec Mme Lindhout pour l’informer des plus récents développements et je continue d’admirer son esprit résilient après avoir subi une telle épreuve.»

La GRC a souligné que le mandat de la force policière va à l’extérieur des frontières du Canada, où les dispositions extraterritoriales du Code criminel prennent effet.

La GRC a reconnu l’aide de l’Agence des services frontaliers du Canada, du ministère des Affaires étrangères et de la Police fédérale australienne au cours du processus.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!