Darryl Dyck / La Presse Canadienne

VANCOUVER – Le refus des propriétaires d’un navire transportant du grain d’admettre qu’il y avait eu un déversement d’hydrocarbures dans les eaux de la baie des Anglais, à Vancouver, a ralenti le temps de réaction des services d’urgence, selon un rapport.

Le rapport publié vendredi a aussi relevé que de l’incertitude concernant les rôles et les responsabilités, des erreurs de communications et des difficultés techniques avaient fait en sorte que le temps de réponse avait été retardé de deux heures après la découverte du déversement.

Le rapport a été commandé par la Garde côtière canadienne après qu’un problème sur le MV Marathassa eut déclenché un déversement d’environ 2700 litres de pétrole dans la baie, le 8 avril.

L’ancien commissaire adjoint de la Garde côtière John Butler a mené l’enquête et a effectué 25 recommandations sur la manière dont devraient être gérés les prochains déversements.

Le déversement a souillé les plages situées aux alentours de Vancouver, incluant celle qui borde Stanley Park — le joyau de la ville — et de l’autre côté, Burrard Inlet à Vancouver Ouest. L’opération d’urgence et de nettoyage a pris 16 jours.

M. Butler a recommandé que la Garde côtière ait le personnel nécessaire pour répondre à un incident majeur, conduire des exercices avec les Premières Nations et diffuser de l’information précise le plus rapidement possible.

Son rapport souligne aussi que l’absence des dirigeants d’Environnement Canada a eu un impact sur l’efficacité de l’intervention.

«Le leadership sur place d’Environnement Canada pour donner des avis environnementaux et scientifiques, indépendants et fiables aurait été grandement utile pendant cet incident», peut-on lire dans le rapport.

La première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, et le maire de Vancouver Gregor Robertson avaient critiqué l’intervention de la Garde côtière à l’époque. M. Robertson s’était notamment interrogé sur le fait que la Ville avait été alertée 13 heures après la découverte du déversement.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!