HALIFAX – L’étudiant en médecine de l’Université Dalhousie qui aurait avoué à sa psychiatre vouloir assassiner jusqu’à 20 personnes avant de se suicider fait maintenant face à une nouvelle accusation.

Stephen Gregory Tynes, âgé de 30 ans, a été accusé de «possession d’un dispositif prohibé» — en l’occurrence, un chargeur à surcapacité pour une arme à feu —, a indiqué vendredi la Police régionale de Halifax.

M. Tynes était déjà accusé de deux chefs de menaces de mort ou de blessures, et d’un autre pour s’être «comporté d’une manière menaçante à l’égard d’une personne ou d’un membre de sa famille». Il a depuis obtenu sa libération sous caution, assortie de plusieurs conditions, notamment celles d’habiter chez son père et de ne pas communiquer avec les deux présumées victimes de menaces.

Selon les mandats de perquisition déposés en Cour provinciale à Halifax, Stephen Gregory Tynes aurait dit à sa psychiatre, le 20 août, qu’il voulait poignarder la doyenne associée des études de premier cycle en médecine, de même que sa fille, qui était aussi la consoeur de classe de l’accusé.

Il aurait aussi avoué qu’il avait «des pensées» qui lui suggéraient de tuer jusqu’à 20 personnes, avant de s’enlever la vie.

Dans les documents déposés au tribunal, la police indique qu’après cette séance chez la psychiatre, le suspect a été arrêté et une perquisition a été menée dans un appartement de Halifax. Les policiers y ont saisi notamment 1834 cartouches, une carabine semi-automatique, une carabine de calibre .22 et des chargeurs.

Aucune des allégations n’a encore été prouvée lors d’un procès.

L’accusé doit revenir en Cour provinciale à Halifax le 15 septembre.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!