Pendant que Valerio goûtera à un bout de son abdomen, Dennis aura un morceau de sa fesse sur la fourchette. La télévision publique néerlandaise a assuré mercredi qu’elle diffusera dans la soirée une émission au cours de laquelle les présentateurs mangeront chacun un petit morceau de chair leur appartenant.

Sur des extraits vidéo de l’émission diffusés sur le web, les deux animateurs, assis à une table dressée au milieu du plateau de télé, regardent un petit morceau de viande cuite à la poêle.

Selon Thijs Verheij, un porte-parole de la chaîne de télévision BNN, les deux morceaux de chair ont été prélevés sur les corps des présentateurs au cours d’une opération chirurgicale. Le premier provient du côté droit de l’abdomen de Valerio Zeno, et le second a été prélevé sur une fesse de Dennis Storm.

Durant l’émission, un avocat devrait aussi expliquer que le cannibalisme n’est pas punissable aux Pays-Bas, mais que le prélèvement de chair humaine sur une personne vivante sans raison médicale valable peut faire l’objet de poursuites, selon la même source.

L’émission provoque un scandale dans le pays. «Ce n’est pas un canular!» a assuré à l’AFP Thijs Verheij.

Rappelons que la BNN, visant un public jeune, avait déjà diffusé en 2007 une fausse émission durant laquelle plusieurs candidats ayant besoin d’un don d’organe étaient en compétition pour gagner le rein d’une femme sur le point de mourir.

«C’était une émission qui cherchait à sensibiliser à la problématique du besoin de donneurs d’organes, s’est justifié le porte-parole. Aujourd’hui, il s’agit d’une émission où l’on essaye de répondre à des questions folles, et ici, la question est de savoir quel goût a la viande humaine.»

L’émission n’avait pas encore été diffusée qu’elle défrayait déjà la chronique aux Pays-Bas. Interrogés par le quotidien néerlandais Trouw, des professeurs ont eu des réactions diverses : l’un a indiqué être persuadé qu’il s’agissait d’un canular, tandis qu’un autre, ayant participé à la conception de l’émission, a assuré «n’avoir aucune indication montrant que c’est une blague.»

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!