Alliance Michael Fassbender dans Shame

Cette semaine, on craque pour… Shame, Mauvais Karma, Girls, Magimel dans Des vents contraires, Le retour de 
Loco Locass, L’art d’aimer et Le plaidoyer du Dr Jean Wilkins.

Et on se désole pour… Les cinéastes insatisfaits

1. Shame
Des longs plans silencieux où on comprend néanmoins toute la complexité d’un personnage accro au sexe; une ambiance bouleversante de profond désarroi; une réalisation de Steve McQueen d’une grande maîtrise… Autant de bonnes raisons de voir Shame. Et, bien entendu, on ne pourrait passer sous silence les performances sans failles de l’épatant Michael Fassbender et de la fragile Carey Mulligan. Regarder la bande-annonce de ShamePrésentement en DVD. (Jessica Émond-Ferrat)
2. Mauvais Karma
Super bien écrites, tout aussi bien jouées, les deux premières saisons de Mauvais Karma débarquent en DVD, yé. Pétillante, charmante et punchée, la série signée Isabelle Langlois, mettant en vedette trois copines complètement dysfonctionnelles, est de celles qui se regardent avec le sourire perpétuellement collé aux lèvres. Pur plaisir. Regarder des extraits de Mauvais Karma. Présentement en DVD. (Natalia Wysocka)
3. Girls
Loin du glamour de Sex and the City, Girls, la nouvelle comédie de HBO, nous propose de suivre l’évolution de quatre filles à New York. La prodige de 25 ans Lena Dunham, qui produit, écrit et réalise l’émission, joue une aspirante écrivaine. Le premier épisode commence lorsqu’elle se fait couper les vivres par ses parents. Un an après avoir terminé l’université, il est temps de voler de ses propres ailes. Bon point de départ pour une série qui s’intéresse au passage de l’adolescence à l’âge adulte. Girls sur HBO le dimanche à 22 h 30 (Mathieu Horth Gagné)
4. Magimel dans Des vents contraires
Après une engueulade particulièrement féroce, la femme médecin d’un écrivain torturé disparaît. Laissé seul avec deux enfants en bas âge, rongé par un doute terrible, l’homme brisé devra apprendre à survivre et à vivre sans savoir ce qui s’est réellement passé… C’est avec une grande justesse et beaucoup de sensibilité que Benoît Magimel porte ce rôle troublant dans le film de Jalil Lespert. Marquant. Regarder la bande-annonce du film Des vents contraires. Présentement à l’affiche. (Natalia Wysocka)
5. Le retour de Loco Locass
C’était en 2004 que Biz, Batlam et Chafiik lançaient leur dernier album, Amour oral. Les fans attendent donc de pied ferme le prochain disque de Loco Locass! Il semble que ce soit pour bientôt, puisque le trio lançait cette semaine un premier extrait, [Wi]. Il semble que les gars n’ont rien perdu de leur mordant quand vient le temps d’écrire les paroles de leurs pièces, ni de leur sens du rythme, et on s’en réjouit! Écouter un premier extrait de l’album de Loco Locass, [Wi]. (Jessica Émond-Ferrat)
6. L’art d’aimer
Pétillant et réjouissant : voilà sans doute les meilleurs qualificatifs pour décrire le film d’Emmanuel Mouret L’art d’aimer. Dans ce dernier, qui se situe dans la veine des films choraux à la Love Actually, on suit diverses personnes, en couple ou célibataires, qui se questionnent sur les notions de fidélité et de principes. Comme dans la réalité, on ne voit que des moments de leurs vies, sans nécessairement connaître les dénouements. Une distribution solide vient soutenir les diverses intrigues. Regarder la bande-annonce de L’art d’aimer. Présentement en DVD. (Jessica Émond-Ferrat)
7. Le plaidoyer du Dr Jean Wilkins
Avec Adolescentes anorexiques, plaidoyer pour une approche clinique humaine, ce pionnier qu’est le Dr Jean Wilkins, expose le fruit de près de 40 ans consacrés à traiter des patient(e)s atteints de troubles du comportement alimentaire. Fondateur de la section de médecine de l’adolescence au CHU Sainte-Justine et professeur titulaire à l’UdeM, entre autres choses, le Dr Wilkins, clair et généreux, présente avec infiniment d’humanité les conclusions qu’il a tirées de toutes ces années passées auprès des malades atteints d’anorexie. Nécessaire. En librairie aux éditions Les Presses de l’Université de Montréal (Natalia Wysocka)

MÉTRO EN ENFER

Les cinéastes insatisfaits
Quel réalisateur ne rêve pas de Cannes? Mais Xavier Dolan, qui sera au festival pour une troisième fois, n’était pas content hier matin. Choisi parmi 1 800 films, Laurence Anyways a été classé dans la catégorie Un certain regard. Une section dans laquelle Godard, pour ne nommer que lui, s’est également retrouvé il y a deux ans. Le délégué général du festival, Thierry Frémaux, a dit que Dolan était encore jeune. Sur les ondes de Radio-Canada, ce dernier n’a pas tardé à réagir, déclarant qu’on se «fout» de l’âge. «Quelqu’un de DOUZE ANS, s’il a fait un bon film, peut se retrouver en compétition!» Moralité? Filmez, les enfants! Le festival fera peut-être une place à votre œuvre entre celles d’Audiard, de Haneke et de Loach. (Natalia Wysocka)

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!