www.ceic.gouv.qc.ca Marc Gendron

Marc Gendron, le fondateur de la firme Gendron Lefebvre, devenue AECOM-Tecsult, a perçu plus de 1,5M$ entre 1996 et 2003 d’entrepreneurs en construction.

«Gilles Vaillancourt vous-a-t-il dit quoi faire avec les 2% collectés?», a demandé le procureur de la commission Charbonneau, Simon Tremblay. « Il m’a dit qu’il me dirait à qui le remettre», a répondu M. Gendron qui a conclu son témoignage jeudi matin.

Ces sommes, 2% de la valeur des contrats obtenus à Laval, ont dormi dans des coffrets de sûreté de nombreuses banques. Gilles Vaillancourt lui a demandé de remettre à son frère, Guy Vaillancourt, l’argent qu’il avait en «trop». Marc Gendron lui a apporté plus de 700 000$, dans les locaux de MD Vaillancourt.

Deux ou trois fois, il a donné des enveloppes de 8000$ ou 10 000$ directement à Gilles Vaillancourt.

À une autre reprise, vers 2001, il a remis, encore à la demande de l’ex-maire, 400 000$ à l’avocat Robert Talbot.

M. Vaillancourt lui a aussi demandé de donner de l’argent comptant à Jean Bertrand l’agent officiel du parti, principalement en campagne électorale.

Marc Gendron a indiqué avoir reçu un appel de Tony Accurso, de Louisbourg Construction, qui «avait quelque chose pour le politique». L’entrepreneur lui a remis 200 000$ en argent comptant, en novembre, au début des années 2000.

«Il faisait noir, on est allé derrière sa Cadillac, a-t-il raconté. Il m’a dit: il y a 200 000$, là-dedans.»

Marc Gendron a remis le soir-même cet argent provenant de 12 firmes, au comptable Jean Gauthier qui n’a pas posé de questions sur ces sommes.

Aussi dans La commission Charbonneau :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!