Arnaud Stopa TC Media La metteuse en scène, Véronique Bossé.

Lors de deux soirées de cette fin de semaine, la Maison des ainés d’Hochelaga accueillera le festival ZH avec la première d’une lecture théâtrale sur fond d’histoire d’amour entre personnes du bel âge.

La pièce de Pénélope Bourque, Jaunes et rouges brillent sous les étoiles, est l’histoire d’amour entre deux pensionnaires d’une résidence pour personnes âgées. Au travers d’un attroupement de femmes, le spectateur est invité à connaitre la romance d’un couple, mais aussi les problématiques liées à la vieillesse. «Il y a un tabou autour du vieillissement qui nous pousse à oublier ce processus. Les résidences sont des lieux obscurs pour ceux qui n’ont pas de raison d’y aller. Faire cette lecture est un moyen de décloisonner les choses», a indiqué Véronique Bossé, metteuse en scène de la pièce et membre du collectif Ce n’était pas du vin.

L’histoire a été écrite après une tournée de ces résidences par l’auteure de la pièce. «Elle voulait rendre hommage à ses grands-parents au travers de l’écriture. Elle a récolté des témoignages pour rapporter des histoires vieilles parfois de 80 ans dans un contexte plus actuel, qui pourrait se passer aujourd’hui dans ce type d’endroit.»

Et pour les deux représentations, le collectif est venu demander aux pensionnaires des souvenirs musicaux précis liés à leurs histoires d’amour. «La musique est importante quand on est âgé, car elle fixe des souvenirs reliés aux sentiments. Et quand il réentendent une chanson, ça les touche encore, et cela immerge encore plus les spectateurs», a expliqué Véronique Boss. C’est pourquoi la lecture sera parsemée de chansons.

Lorsqu’elle a été approchée pour accueillir la pièce, la directrice de la Maison des ainés a tout de suite accepté. «Nous avons des personnes en perte de mobilité et leur amener un projet intergénérationnel d’une pièce qui touche à leur vie cadre dans notre philosophie, a dit France Pilon. Ils ont tous très hâte de voir ça.»

Véronique Bossé espère qu’après cette première lecture du texte qui est encore en fignolage, la pièce puisse être jouée dans une salle montréalaise. «C’est la suite logique des choses que d’aller dans une production théâtrale. Nous sommes déjà en contact avec certains joueurs du réseau montréalais, qui vont venir assister à la lecture.»

Jaunes et rouges brillent sous les étoiles, 14 et 15 juillet à 19h, à la Maison des ainés, 1620, avenue de la Salle.


Culture pour ainés

Si le Festival ZH promeut la création artistique des jeunes talents, il attire avec lui aussi, un public relativement jeune. Jouer dans une résidence pour ainés est donc une première. «Lorsque j’ai proposé cela à Mélissa [Larivière, directrice du festival], elle a tout de suite accepté. C’était pour elle, le meilleur moyen pour toucher un nouveau public.»

Si l’accent est mis sur l’accès à la culture auprès des jeunes par les associations et les pouvoirs politiques, celui du 3e âge n’est pas aussi problématique, en croire France Pilon, directrice de la Maison pour ainés. Si on ne compte pas les difficultés physiques ou mentales des personnes, les ainés aiment sortir. «C’est avant tout une question d’intérêt culturel et d’acceptation du choc générationnel ou des idées dans certains arts parfois. Mais ils sont ouverts à tout et nous leur proposons autant de la musique classique que des productions plus modernes.»

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!