Nicolas Ledain / TC Media Ariane St-Pierre Cyr et Christian Simard ont créé la marque Electric Kidz dans Hochelaga en 2010.

Depuis sept ans, la marque Electrik Kidz imagine ses collections dans Hochelaga. Cette aventure qui a commencé dans un appartement du quartier s’exporte aujourd’hui aux quatre coins du monde.

Derrière l’histoire d’Electrik Kidz se cache un couple composé de Christian Simard et d’Ariane St-Pierre Cyr. En 2010, ces deux résidents d’Hochelaga ont décidé de se lancer dans la création de vêtements pour enfants après la naissance de leur fils Maurice.

Christian Simard était déjà à la tête d’une marque pour adultes, Ariane St-Pierre Cyr travaillait dans le décor, mais ils ont tous les deux senti qu’un marché pouvait s’ouvrir en habillant les petits.

«Il n’y avait pas grand-chose en 2010 pour les marques indépendantes. On a été parmi les premiers de la nouvelle vague. On voulait des choses originales, funky, avec des couleurs et des imprimés», détaille M. Simard.

Le couple a commencé à créer dans son appartement d’Hochelaga, mais face à la popularité de leurs produits, ils se sont installés il y a quatre ans dans un atelier qui sert aussi de salle de montre sur la rue Saint-Catherine.

«On essaye de faire des choses qui plaisent aux enfants et aux parents. Notre slogan c’est : “ça donne envie de faire des bébés”.»
Christian Simard, cofondateur d’Electrik Kidz.

Depuis, une boutique a été ouverte dans le Mile-End sur le boulevard Saint-Laurent, mais la «maison-mère» est restée dans le quartier d’origine de la marque.

«C’est encore compliqué d’avoir sa boutique dans le quartier avec tous les problèmes. Cela n’aide pas les jeunes entrepreneurs, mais on souhaite la revitalisation du secteur. On est un peu l’exemple, quand il y en aura quinze comme nous, peut-être que les gens viendront visiter ces ateliers “made in Québec”», souhaite Christian Simard.

L’atelier de la rue Sainte-Catherine est d’ailleurs ouvert au public durant les heures de bureau et il est possible d’y acheter quelques articles Electrik Kidz qui sont présentés en vitrine.

Une marque qui grandit
En sept ans, Electrik Kidz a réussi à s’imposer dans cet univers concurrentiel et a même su séduire à l’international.

Christian Simard pense que ce sont les bandanas et les dormeuses de la marque qui l’ont mise sur la mappe. Les produits de la petite compagnie lancée dans Hochelaga ont même été aperçus dans les magazines Vogue en Italie et aux États-Unis et ils sont désormais distribués dans plus de 200 points de vente au Canada, en Amérique, en Europe, au Moyen-Orient et même jusqu’en Asie.

«On a shippé le mois dernier au Kurdistan et au Koweït. Je n’aurais jamais cru ça possible. Ce sont des petites commandes, mais c’est le fun quand même», s’amuse Christian Simard.

Si la croissance de l’entreprise la pousse à se tourner progressivement vers une production en Chine ou en Inde, la conception, en revanche, va rester dans Hochelaga et la marque continue de faire des références au quartier et à Montréal sur ses produits.

«Il y a un buzz dans Hochelaga. On a même fait un chandail Hochelaga avec un six-pack de biberons. C’est sûr que c’est dur par bout, on en voit de toutes les couleurs, mais on est attachés au quartier», explique le cofondateur.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!