Vanessa Hébert/Les Nouvelles Hochelaga-Maisonneuve Orléans – épicerie de quartier se veut une alternative sur la rue Hochelaga, où l’offre se fait rare.

Une nouvelle alternative s’offre aux résidents du quartier depuis l’ouverture d’Orléans – épicerie de quartier où les produits locaux sont mis de l’avant.

Le désir d’ouvrir son propre commerce est un rêve qui mijote depuis longtemps dans la tête de Stéphanie Besner, la propriétaire d’Orléans – épicerie de quartier.

« Très jeune, j’avais la fibre entrepreneuriale et un amour du service à la clientèle. J’ai toujours su que j’allais ouvrir quelque chose, mais sans trop savoir quoi », explique-t-elle.

C’est après avoir travaillé plusieurs années dans le domaine de l’alimentaire que celle qui se qualifie de « passionnée de bonne bouffe » a eu l’idée pour son commerce : une épicerie.

Il a fallu plus d’un an et demi de travail avant d’en arriver à l’ouverture d’Orléans – épicerie de quartier.

« Entre la recherche du local, le plan d’affaires et le financement, c’était parfois un défi de savoir par quelle étape commencer pour quelqu’un qui se lance là-dedans pour la première fois », confie-t-elle, le sourire aux lèvres de voir son épicerie finalement ouverte.

L’amour d’Hochelaga
Pour Stépahnie Besner, il était impératif que son épicerie se situe dans Hochelaga-Maisonneuve, car elle y habite.

« J’ai regardé d’abord sur Ontario, mais je trouvais que pour mon type de commerce, c’était déjà bien servi », mentionne-t-elle.

C’est par hasard qu’elle est tombée sur son local actuel, au coin d’Hochelaga et Orléans, où se trouvait une ancienne brasserie.

« Il n’y a vraiment rien de semblable sur la rue. Je sentais que je pouvais améliorer l’offre du quartier, mais aussi de la rue », dit-elle.

Sur place, l’endroit au décor chaleureux propose des produits d’épicerie, mais aussi un coin café avec de grandes fenêtres.


Offre variée
Au-delà de vouloir vraiment s’implanter dans le quartier, Stéphanie Besner voulait également mettre de l’avant les entreprises d’ici.

« Je voulais pouvoir offrir du bio, du vrac, du québécois, mais aussi des produits plus abordables. C’était très important pour moi », ajoute la propriétaire.

Sur les tablettes, produits d’épicerie côtoient kombucha en fût, produits en vrac, bières locales, prêt-à-manger et produits d’hygiène.

La majorité de ces items sont québécois, mais il y a aussi un effort supplémentaire de mettre de l’avant des entrepreneurs d’Hochelaga-Maisonneuve.

Finalement, Mme Besner espère que les gens incorporeront son épicerie à leur routine.

« Ce n’est pas une épicerie ‘’complète’’, je la vois plutôt comme un complément. C’est vraiment une épicerie de quartier pour le quartier », souligne-t-elle en terminant.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!