Gracieuseté Lexann Monpetit, 10 ans, et Stéphanie Deschamps, 38 ans, étaient inséparables, aux dires de leurs proches.

La communauté de Lachine pleure le décès de Stéphanie Deschamps et sa fille de 10 ans, Lexann Montpetit. Résidentes de l’arrondissement depuis environ huit ans, elles ont perdu la vie dans un accident à La Tuque, le 4 janvier, alors qu’elles revenaient à la maison.

«Avant de quitter la maison, Stéphanie me regardait avec tellement d’amour dans son regard. Elles n’étaient pas encore parties, qu’elles me manquaient déjà», raconte Claudette Royer, la mère endeuillée.

Après avoir passé plusieurs jours auprès de leurs proches durant le  temps des Fêtes à Lac-Bouchette, Mme Deschamps a perdu la maîtrise de son véhicule pour des raisons encore inconnues sur la route 155 Sud, à la hauteur du kilomètre 107, en fin d’avant-midi.

collisionLeur voiture a percuté un véhicule utilitaire sport qui venait en sens inverse. La conductrice de l’autre automobile, âgée de 28 ans, a quant à elle été conduite à l’hôpital pour y soigner des blessures mineures.

Vide
«Dans sa vie personnelle comme à son travail, elle écoutait les gens et ne les jugeait pas», confie Karine Deschamps, la sœur de la psychoéducatrice au CIUSSS Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal et marraine de Lexann.

Originaire de Saint-Isidore, la mère monoparentale de 38 ans résidait sur la rue George-V, à Lachine, après être tombé sous le charme de l’arrondissement. «Elle me disait souvent qu’elle aimait son quartier. Elle aimait se promener au Canal Lachine», soutient sa mère.

Sa fille était en cinquième année à l’école primaire Très-Saint-Sacrement.

«Je regarde par la fenêtre et c’est un gros vide. Nous avons perdu deux anges», se désole leur voisine, Chantal Plamondon.

Cette dernière conserve de bons souvenirs. «Avant de partir pour les Fêtes, Lexann m’avait laissé une carte dans ma boîte aux lettres. Elle me faisait souvent de petites attentions. Des personnes comme ça, on en rencontre juste une fois dans notre vie», se désole-t-elle.

Inséparables    
Stéphanie et Lexann étaient toutes les deux très sociables et créatives. «Comme Stéphanie, Lexann était une petite fille qui aimait s’exprimer. Elle voulait suivre des cours de théâtre et devenir actrice», se souvient la grand-mère, appelée affectueusement Mimi.

stephanie-et-lexann-bebeMême si elle n’était pas très sportive, Stéphanie Deschamps avait entrepris de se prendre en main il y a quelques mois. Elle avait perdu une soixantaine de livres récemment après avoir subi une opération pour une hernie à l’estomac.

«J’avais rencontré Stéphanie parce qu’elle voulait se remettre en forme. Elle était avec sa fille, je leur avais montré des exercices à faire ensemble. C’est vraiment triste», raconte Sirine El-Samra, copropriétaire de Empire Fitness Lachine.

Bien au-delà de leurs passions communes, Stéphanie et Lexann étaient inséparables. «Elles avaient une chimie incroyable, elles étaient en symbiose», relate Karine Deschamps. Le soulagement dans tout ça, c’est qu’elles sont parties ensemble.»

La famille célébrera les funérailles de Stéphanie Deschamps et Lexann Montpetit le 14 janvier, à Saint-Romuald et le 15 janvier, à Laval. Les proches souhaitent vivre la cérémonie dans l’intimité.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!