Gracieuseté/PL2 Studio Le Théâtre La Roulotte sillonnera les parcs de la métropole cet été pour une cinquantaine de représentations.

Le Théâtre La Roulotte s’emmène à Lachine le 1er juillet avec l’histoire de Bras de fer.

Un robot de 11 ans migre à Montréal par bateau avec ses parents. Rouillé par son séjour en mer, l’enfant devra faire preuve de courage pour intégrer l’équipe de ballon chasseur de l’école et se faire accepter par les fondateurs du gang des Wannabeibers.

L’idée du robot est venue tout naturellement à l’auteur de la pièce, Mathieu Héroux. «Un peu à l’instar de Pinocchio qui est un pantin de bois voulant devenir un petit garçon, j’ai pensé à un enfant robot, relate-t-il. Je ne voulais pas asseoir l’histoire dans un pays ciblé, qu’on l’associe à une patrie en particulier. Le fait qu’il débarque avec de la rouille représente ses cicatrices.»

Le diplômé en écriture dramatique de l’École nationale de théâtre du Canada en 2012 – lauréat du deuxième concours d’écriture pour le Théâtre La Roulotte avec son récit Bras de fer − souhaitait aborder le sujet des migrants.

«On a vu beaucoup d’images de gens qui voyageaient par bateau dans les nouvelles, raconte l’auteur. Ça me trottait dans la tête depuis un certain temps de trouver une façon de parler de cette réalité.»

Lignes directrices
Travailler à partir des lignes directrices du concours fut un agréable défi, affirme Mathieu Héroux. Il a construit le texte en brodant autour du robot protagoniste et de l’angle choisi.

«Il fallait que ce soit assez physique, que ça implique cinq comédiens et que ça s’adresse à un public en particulier, décrit-il. J’avais déjà le personnage principal Bras de fer, alors je lui ai trouvé quatre autres acolytes avec qui partager l’histoire.»

Pour l’auteur, le concours d’écriture de La Roulotte représentait le médium parfait. Fidèle à la tradition pour une 65e saison, le théâtre itinérant entreprend chaque été sa vaste tournée des parcs montréalais.

«On se déplace pour aller à la rencontre des gens qui ne vont pas nécessairement au théâtre habituellement, indique M. Héroux. Le format de La Roulotte est génial : c’est gratuit, accessible, pas élitiste du tout, et il y a plusieurs représentations partout à Montréal. J’aime ce type de théâtre, ça me stimule.»

Fougue créatrice
La pièce est interprétée par cinq comédiens finissants du Conservatoire d’art dramatique de Montréal et de l’École nationale de théâtre du Canada. Antoine Charbonneau-Demers, Gabriel Favreau dans le rôle de Bras de Fer, Myriam Gaboury, Joanie Guérin et Maxime Isabelle composent la distribution. La mise en scène a été confié à Jean-Simon Traversy.

«Jean-Simon Traversy est un lecteur exceptionnel, d’une grande intelligence et d’une bonne finesse, estime l’auteur. Il a compris le texte exactement comme je l’ai écrit. Puis les jeunes comédiens sont arrivés avec leur fougue créatrice et ils ont vraiment plongé dans le texte. Ils ont même réussi à l’amener plus loin, toujours en respectant l’essence.»

La pièce Bras de fer du Théâtre La Roulotte sera présentée au parc de la Marina d’Escale, à Lachine, le 1er juillet dès 19h30. Entrée libre. Spectacle annulé en cas de pluie.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!