Josie Desmarais D’après ADM, 90% des voyageurs qui transitent par l’aéroport Montréal-Trudeau attendent moins de 20 minutes aux douanes internationales.

À l’approche des vacances de la construction, Aéroport de Montréal (ADM) a dévoilé une série de mesures afin d’éviter que de longues files d’attente s’étirent sur plusieurs heures, comme l’été dernier.

Depuis près d’un mois, les voyageurs peuvent emprunter un nouveau centre de correspondance à l’aéroport Montréal-Trudeau. Il permettra de séparer rapidement les passagers qui s’arrêtent à Montréal de ceux en correspondance.

«De 15 à 20% des voyageurs n’ont plus à aller dans la grande salle des arrivées internationales. C’est environ de 700 à 800 passagers à l’heure qui n’ont pas à transiter à cet endroit», précise Pierre-Paul Pharand, le vice-président Exploitation, infrastructures aéroportuaires et développement aérien chez ADM.

Le centre de correspondance sera fermé à la fin de la période de pointe estivale pour permettre des travaux d’agrandissement en vue de l’été prochain.

Autres mesures
Un nouveau système d’affichage a été installé afin d’informer les voyageurs internationaux du temps d’attente estimé avant le contrôle douanier. Les personnes venues les accueillir seront aussi avisées des délais.

L’Agence des services frontaliers du Canada entend déployer davantage de personnel pendant les heures de fortes affluences. Ces mesures s’ajoutent aux bornes et aux guérites mises en service l’été dernier dans le hall des arrivées internationales.

«Depuis 2012, on a investi 12M$ dans le hall des arrivées, dont 6 M$ juste pour cet été», indique M. Pharand.

Cet automne, une centaine de bornes automatisées plus performantes au coût de 9 M$ remplaceront les 48 déjà en place pour desservir tous les voyageurs.

Achalandage
L’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau pourrait accueillir jusqu’à 20 millions de passagers en 2020. ADM explique cette croissance par les ajouts de nouvelles correspondances par Air Canada, le taux de change avantageux et le prix du pétrole.

Sur les pistes, des transbordeurs ou des autobus assureront la navette entre les avions et l’aérogare dès la mi-juillet. Ce transport sera en fonction durant les périodes de pointes pour éviter les délais pour le débarquement en raison du manque de guérites disponibles.

Avec la collaboration de Marilyne Demers

 

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!