À 24 ans, Olivia Boye, étudiante en sociologie et en sciences politiques représentera le Parti conservateur du Québec pour la circonscription de Marquette.

Elle possède deux baccalauréats en sociologie et un en sciences politiques à l’Université Concordia et va s’inscrire dès la rentrée en droit à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM) dans le but de devenir avocate.

Elle a été approchée il y a quelques mois pour se présenter et a accepté de mener sa première expérience en politique avec le Parti conservateur du Québec, en raison des nombreuses valeurs et idées qu’elle partage avec cette formation.

Née au Québec, Olivia Boye a baigné dans le multiculturalisme. Ses parents ont immigré jeunes, son père étant du Ghana, en Afrique de l’Ouest, et sa mère, congolaise et haïtienne.

Même si elle se dit fière de ses origines, elle se considère avant tout Canadienne et a toujours parlé l’anglais et le français à la maison. Elle perçoit sa famille comme un exemple de réussite en termes d’immigration, ayant travaillé fort pour obtenir une bonne situation.

La candidate se dit en faveur d’une immigration qu’elle appelle «contrôlée». «Je veux m’assurer que quand quelqu’un immigre, c’est parce qu’il est prêt à accepter les valeurs du Canada et du Québec», lance la jeune femme.

Consciente des difficultés pour certains nouveaux arrivants à apprendre le français, elle souhaite, avec son parti, de diminuer l’importance de la loi 101, afin que les personnes immigrées puissent plus facilement s’intégrer dans le monde du travail avec l’anglais, avant d’apprendre par la suite le français.

Handicapés

Le frère cadet d’Olivia Boye est atteint d’autisme et elle trouve insuffisantes les aides qui leur sont accordées.

«Mon parti promet d’augmenter le budget alloué aux aidants naturels, qui s’occupent des personnes handicapées ou en perte d’autonomie afin de leur éviter un hébergement en institution», explique la candidate.

Autres enjeux

Pour pallier aux manques de transport, la candidate souhaiterait voir s’implanter une ligne de métro. «J’habite dans l’Ouest-de-l’Île, à Pierrefonds, c’est extrêmement difficile de s’y rendre», souligne Mme Boye.

Elle voudrait aussi allouer des subventions à la sauvegarde du patrimoine, surtout dans la Cité de Dorval, qui compte de nombreux monuments historiques.

Concernant le logement, elle voudrait s’attaquer à la loi 492, qui protège les droits des locataires.

«Cette loi empêche l’expulsion d’un locataire de 70 ans et plus qui refuse de payer son loyer, ce qui a des conséquences négatives puisque les propriétaires craignent de louer à ces personnes, qui peinent alors à se loger», explique la candidate du Parti conservateur du Québec.

Le Parti conservateur du Québec a été fondé il y a 10 ans.

La candidate du Parti conservateur du Québec affrontera Carole Vincent du Parti québécois, Marc Hétu de la Coalition avenir Québec, Anick Perreault de Québec solidaire, Kimberley Salt du Parti vert du Québec, John Symon du Nouveau parti démocratique du Québec et Enrico Ciccone du Parti libéral du Québec.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!