Collaboration spéciale La députée Isabelle Morin, Michel Bourbeau, président de la Corporation des carrossiers professionnels du Québec, Gilles André Rail, propriétaire de Fix Auto Lachine, Jérémie Duval et sa conjointe Claire Jacquier, se sont présentés au bureau d'Immigration Canada, à Montréal.

La députée fédérale de Notre-Dame-de-Grâce–Lachine, Isabelle Morin, appuie la cause de Jérémie Duval, un ressortissant français résidant à Lachine, menacé de déportation le 21 février, en raison d’une infraction commise en France en 2010, mais dont il a été libéré en 2014.

«Aux yeux de la justice française, M. Duval n’a plus d’antécédent criminel, mais ici, on lui interdit de séjourner sur le territoire. C’est un non-sens», lance la députée néo-démocrate.

M. Duval est venu au Canada, accompagné de sa femme, dans le cadre d’un programme d’immigration pour la main d’œuvre qualifiée. Ils se sont intégrés à la communauté. Leur fils est né en sol canadien. Le couple a fait une demande de résidence permanente qui lui a été refusée par le Fédéral.

M. Duval est compagnon carrossier, une qualification rare au Québec. Son employeur actuel, Fix Auto Lachine, propriété de Gilles André Rail, appuie sa cause avec vigueur.

«Cette situation aura des répercussions malheureuses pour M. Duval et sa famille, mais elle pénalisera aussi son employeur et le Québec, en les privant sans raison valable d’un ouvrier qualifié dont ils ont grand besoin», soutient Isabelle Morin.

Selon la députée néo-démocrate, «des cas comme celui de Jérémie démontrent que la politique d’immigration des conservateurs n’a pas de sens. Ils s’appliquent à refermer chaque jour un peu plus les portes de notre pays sans la moindre considération pour les situations particulières».

La députée de Notre-Dame-de-Grâce—Lachine a écrit au ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, lui demandant de mettre une pause sur tout processus d’extradition, dans les plus brefs délais, afin que les autorités canadiennes puissent réviser le cas de M. Duval.

«Je vais me battre jusqu’à la fin pour gagner la cause de Jérémie», conclut Isabelle Morin.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!