Collaboration spéciale Les jeunes filles et garçons de 9 à 18 ans de catégorie AAA, paieront presque 500$ pour une formation d'une trentaine d'heures, dispensée sur le seul terrain synthétique de Dorval, en face du centre Sarto-Desnoyers, par des entraîneurs européens des équipes juvéniles du Valencia.

Pour une seconde fois cette année, le club de soccer espagnol Valencia C.F. offrira un camp d’entraînement à une soixantaine de joueurs juvéniles durant la semaine du 27 juillet à Dorval, dans le but d’établir éventuellement une académie permanente dans la métropole.

Les jeunes filles et garçons de 9 à 18 ans de catégorie AAA, paieront presque 500$ pour une formation d’une trentaine d’heures, dispensée sur le seul terrain synthétique de Dorval, en face du centre Sarto-Desnoyers, par des entraîneurs européens des équipes juvéniles du Valencia. Une formation de dix heures réparties sur deux jours sera également offerte aux entraîneurs.

«On a rencontré les gens de Valencia dans un tournoi au Portugal il y a quelques années et les parents voulaient connaître le prix pour envoyer leurs enfants dans un camp de soccer en Espagne. Ils nous ont expliqué qu’ils ne faisaient pas ça, que ça coûterait une fortune. Je leur ai demandé s’ils pouvaient venir à Montréal et ils ont acceptés», raconte Chafik Mihoubi, coordonnateur du camp d’entraînement à Montréal et entraineur de soccer.

Le choix de Dorval n’a été qu’une question de disponibilité de terrain extérieur et de coût selon M. Mihoubi.

Le club compte modifier son entraînement pour les jeunes joueurs canadiens. «On adapte nos entraînements selon les pays dans lesquels on va. C’est logique, on n’entraîne pas de la même manière si on est aux Caraïbes ou au Canada. La forme physique des gens est différente, sans parler du climat», explique le directeur de la Fondation Valencia C.F., Pablo Mantilla, lors d’une entrevue accordée à TC Media, par Skype.

Un nouveau marché

Plusieurs s’entendent sur le fait que le soccer à Montréal est en plein essor. Les entraîneurs de Valencia ont d’ailleurs été impressionnés par le potentiel des joueurs, et surtout des joueuses de la métropole, lors de leur dernière visite, l’hiver dernier au complexe sportif Catalogna, à Lachine.

«On veut voir comment les Canadiens performent et comment ils s’adaptent à de nouvelles méthodes d’entraînement, parce que dans le futur, on aimerait avoir une académie à Montréal», fait savoir M. Mantilla.

Montréal n’est pas le seul bassin de joueurs convoité par le club espagnol. Depuis cinq ans, Valencia C.F. fonde des académies partout dans le monde, du Japon aux États-Unis, en passant par la Corée. Un camp d’entraînement aura aussi lieu à Ottawa cet été.

«Dans le passé, c’était les immigrants hispaniques qui s’intéressaient au foot en Amérique du Nord, mais les Anglo-saxons aiment le soccer de plus en plus. Beaucoup de joueurs européens commencent aussi à aller jouer en Amérique. On croit que c’est un endroit où il y a un grand futur», indique M. Mantilla.

M. Mihoubi abonde dans le même sens. «Le soccer à Montréal est en constante progression. Il y a des joueurs d’ici qui se retrouvent aussi en Europe. J’ai un U13 qui a fait un camp avec nous il y a deux ans et présentement, il joue dans une académie au Brésil.»

Joueuses recherchées

Les joueuses sont invitées à participer au camp d’entraînement, puisqu’elles représentent une denrée rare en Espagne.

«On a vu que les joueuses canadiennes et américaines sont très puissantes. Physiquement, elles sont mieux que les Européennes, surtout au Sud. En Espagne, le foot féminin n’est pas trop connu, mais ça s’améliore de plus en plus», précise M. Mantilla.

Chafik Mihoubi  renchérit. «Les entraineurs encouragent fortement les filles à participer, parce qu’elles sont très recherchées. En ce moment, les joueuses canadiennes sont plus développées que celles espagnoles.»

Rappelons que c’est l’équipe américaine qui a remporté la Coupe du monde de soccer féminin de la FIFA en écrasant le Japon 5-2, le 5 juillet à Vancouver.

Des places sont toujours disponibles pour le camp d’entraînement. Infos: http://www.valenciacfmontreal.com/

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!