Une quarantaine de kayakistes naviguent pour une deuxième année consécutive autour de l’île de Montréal dans le but d’amasser des fonds pour la Fondation Charles-Bruneau qui vient en aide aux enfants atteints du cancer. Débuté jeudi le 24 septembre à Lachine, leur périple de 104 km se terminera dimanche à l’écluse 1 du Vieux-Port.

À 6h30, le soleil venait à peine de se lever jeudi et tous étaient déjà prêts, vêtus de leurs combinaisons isolantes, aux abords du Canal Lachine. Certains ajustaient leur banc, d’autres s’assuraient que leur gouvernail était fonctionnel. Deux heures plus tard, les embarcations ont été mises à l’eau pour les quatre jours de l’épreuve.

Un total de 95 participants pagaieront le parcours. Du nombre, Mylène Paquette, qui a traversé l’océan Atlantique à la rame en solitaire et le kayakiste olympique Hugues Fournel.

Lors du coup d’envoi, le maire de Lachine, Claude Dauphin, a félicité le courage et l’engagement de chacun. «Pagayer plus de 100 km en quatre jours, seuls ou à relais, c’est tout un exploit».

Chaque équipage du circuit s’est engagé à amasser un total de 4800$. Des dons supplémentaires pourront s’ajouter jusqu’à la fin du défi. L’an dernier, la première édition avait permis d’amasser 90 000$.

Une survivante
Penchée sur son kayak, Sophie Valence accroche son sac à dos aux élastiques de sûreté de son embarcation. Son père est à ses côtés et l’aide à tout organiser. L’adolescente de 14 ans est une survivante du cancer. Elle est guérie depuis 8 ans.

Cette année, elle participera à une journée du circuit dans un kayak simple. «Je suis vraiment prête. J’ai fait environ six fois du kayak pour me préparer à la journée. C’est sûr que ça va être un défi parce que je n’en ai jamais fait autant. Huit heures, c’est quand même long», admet-elle.

Son père est ému. «Je suis plus que fier d’elle. C’est un gros défi, on a beaucoup discuté ensembles avant de se lancer. Elle est tellement en forme qu’on a dit Let’s go pour la journée du départ», relate-t-il en regardant sa fille.

À 5 ans, Sophie a été diagnostiquée d’un rhabdomyosarcome, un cancer très rare qui touche les tissus musculaires. Malgré les années, elle se souvient toujours de sa maladie. «Cette année je suis porte-parole parce que je veux montrer que c’est faisable de guérir, mais que pour ça, il faut encourager la recherche», affirme-t-elle.

Signification
Pour Hugues Fournel, le départ à Lachine, d’où il est originaire, a une signification particulière. C’est là qu’il a commencé à faire du kayak avec son père à l’âge de 8 ans.

«Mon père est décédé du cancer quand j’étais enfant, ça a eu un impact sur ma vie. Aujourd’hui, on est ici pour la pédiatrie, c’est différent, mais dans les deux cas, ça atteint des enfants», confie-t-il. C’est ému qu’il ajoute toute la symbolique des lieux, montrant le fleuve.

Participants au Circuit bleu

Le maire Claude Dauphin, les porte-paroles et les participants donnent le coup d’envoi à la deuxième édition du Circuit bleu de la Fondation Charles-Bruneau.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!