La Chambre de commerce de l’est de Montréal et Coca-Cola Canada s’opposent à la création d’une zone résidentielle à l’est du boulevard L’Assomption, en plein cœur d’un secteur industriel.

Dans le cadre du Programme particulier d’urbanisme (PPU) du secteur l’Assomption Nord, l’arrondissement de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve (MHM) prévoit notamment la construction de 3000 logements dans le secteur délimité par les rues Viau, Sherbrooke, Dickson et Hochelaga.

Implanter un projet résidentiel en plein cœur d’une zone industrielle n’est pas une bonne idée et la situation pourrait devenir conflictuelle, estiment la CCEM et Coca-Cola Canada.

Si un projet résidentiel de plusieurs étages voyait le jour tel que prévu présentement entre Pierre-de-Coubertin et de Marseille, à l’est du boulevard L’Assomption, les habitations seraient bordées sur trois côtés par des entreprises qui ont d’importantes activités de camionnage de jour comme de nuit.

Rafraîchissements Coca-Cola Canada, Expertech et Agropur, division Natrel seraient les voisins immédiats des futurs résidents. Et ce, sans compter qu’un peu plus loin on retrouve également Renaud-Bray et Hydro-Québec, dont les opérations génèrent des activités de camionnage sur les rues du quartier.

Nous ne sommes pas rassurés. Nous croyons que le voisinage entre les entreprises et les résidents du quartier pourrait devenir conflictuel.» -Mémoire signé par Coca-Cola Canada et la CCEM

«Les problématiques de voisinage deviennent souvent le fardeau des entreprises, et ce, même si leurs activités respectent les normes en vigueur et que les résidents choisissent de s’y installer en toute connaissance de cause», écrivent la Chambre de commerce de l’est de Montréal et Coca-Cola dans le mémoire conjoint déposé aux membres de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) chargés d’étudier le projet.

Les deux organisations estiment que ce volet spécifique du PPU doit être revu afin de graduer les usages et implanter une zone tampon entre les secteurs industriel et résidentiel.

De plus, la volonté de l’arrondissement de rétrécir des rues pour inclure un réseau cyclable soulève également plusieurs questions du côté des entreprises.

Ces dernières sont favorables à l’idée d’inclure des mesures de transport actif dans leur zone, par contre, les rayons de braquage des camions de 53 pieds devront être pris en compte pour que l’aménagement des carrefours permette de maximiser la visibilité et la sécurité des cyclistes et piétons lorsqu’un camion s’engage dans un virage.

La CCEM et Coca-Cola prônent la construction de pistes cyclables en site propre plutôt que la mise en place de bandes cyclables ou de chaussées désignées.

Écoles, espaces verts et logements
À terme, la construction de 3000 logements sur le territoire du PPU doit permettre d’attirer des familles aux profils variés, indiquent pour leur part les conseillers de Projet Montréal, Laurence Lavigne Lalonde et Éric Alan Caldwell.

À ce titre, les deux élus sont d’avis que des efforts supplémentaires pourraient être faits par une stratégie d’inclusion plus robuste et une typologie de logements qui répond davantage aux besoins de la collectivité.

«Le principe de mixité doit s’intégrer in situ pour une plus grande acceptabilité pour tous. Les objectifs de 15% d’inclusion de logements sociaux et communautaires et 15% de logements abordables doivent être atteints», ont-ils exprimé.

Les espaces verts et places publiques «doivent être aménagés dès le début de redéveloppement immobilier et non pas en dernier lieu», puisque le développement du PPU devrait s’échelonner sur un horizon de 20 ans.

«Le nouveau quartier qui naîtra dans le secteur l’Assomption Nord doit éviter les erreurs du passé. Contrairement à la décision qui fut prise pour le Faubourg
Contrecoeur, une école et des garderies devront être construites dans le quartier afin de répondre à l’arrivée de nombreuses familles», a ajouté Éric Alan Caldwell.

Des propos appuyés par la commissaire scolaire Émilie Auclair, qui a insisté sur le fait de prévoir immédiatement la construction d’une école pour répondre aux besoins.

Après avoir entendu les divers commentaires sur le projet, les commissaires de l’OCPM passeront maintenant en phase rédaction. Leur rapport devrait être achevé d’ici 6 à 8 semaines.

L’arrondissement attendra de prendre connaissance du rapport des commissaires pour ensuite voir s’il y a lieu ou possibilité de modifier son projet.

 

 

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus