Le prochain budget de la Ville de Montréal-Est fait dans la continuité, mais prévoit une légère augmentation de la taxe foncière pour les résidences ainsi que d’importantes dépenses pour certains projets.

Les membres du conseil municipal de la municipalité ont présenté et adopté leur budget de fonctionnement 2017 le 21 décembre dernier. Le document prévoit des revenus et des dépenses de 37,68 millions de dollars, soit presque autant que les 37,64 millions de 2016.

«Nous sommes en excellente santé financière», a déclaré le maire Robert Coutu. «C’est sûr qu’on avait de grosses dépenses, comme le centre récréatif Édouard-Rivet, mais dans l’ensemble, ça va bien.»

Le CRER et l’avenue Marien

La Ville prévoit, entre autres, injecter 13,8 millions de dollars en 2017 dans ses bâtiments dans le cadre de son programme triennal de dépenses en immobilisations (PTI). Le montant comprend les travaux au centre récréatif Édouard-Rivet (CRER), lancés en août 2016 au coût de 17,4 millions de dollars et qui doivent se terminer en septembre prochain.

L’administration Coutu compte aussi reconstruire une portion des avenues Marien et Victoria : on parle de remplacer des trottoirs, des bordures et un feu de circulation, d’améliorer le drainage, d’ajouter d’une piste cyclable entre Prince-Albert et Dorchester, en plus de changer le gainage d’aqueducs et d’égouts. Le tout, au coût de 6,7 millions de dollars.

La Ville espère enclencher les travaux dès avril prochain, selon un appel d’offres lancé à la fin août dernier pour la réalisation des plans et devis. Le conseil municipal a voté un règlement d’emprunt pour couvrir le montant des travaux.

La moitié du budget à Montréal

Le maire Coutu n’a pas manqué de souligner que près de la moitié des dépenses de la ville défusionnée, soit 49%, constitue les quotes-parts à verser à l’agglomération de Montréal. «On donne la moitié de notre budget à la Ville de Montréal, essentiellement pour trois choses : la police, les pompiers et l’eau», a-t-il relevé.

Les revenus du prochain budget s’appuient notamment sur une hausse des taxes foncières de 1,43% en moyenne pour le résidentiel. Pour mettre la chose en perspective, le maire fait valoir que seulement 6% des recettes municipales proviennent des résidents, alors que 94% sont payés par les industries, les commerces et les institutions (ICI). «Pour des grosses dépenses comme le CRER, on devrait dire merci à nos ICI», a lancé M. Coutu.

Montréal-Est dévoile son PTI

Par ailleurs, le conseil municipal de Montréal-Est a également présenté et adopté, le 21 décembre dernier, son Programme triennal de dépenses en immobilisations (PTI) 2017-2018-2019. Le PTI prévoit des dépenses de 22,7 millions de dollars en 2017, 11,2 millions l’année suivante et 10,5 millions en 2019, pour un total de 44,5 millions.

En 2017, la plus grosse part du gâteau, soit 13,8 millions de dollars, est consacrée aux bâtiments municipaux. Cela inclut des projets entamés en 2016 et qui se poursuivront, comme la rénovation du CRER.

Pour 2018 et 2019, le plus gros poste de dépense sera l’amélioration des infrastructures.

 

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!