Capture d'écran du vidéo de la séance Lors de la période de question du 18 juin, la mairesse Rouleau a déposé le « prix de la honte », remis par CAA-Québec au boulevard Gouin à la suite de son sondage annuel.

Les automobilistes et cyclistes qui circulent sur le boulevard Gouin devront être patient. L’artère qui a récemment été couronnée «pire route du Québec» devra vraisemblablement attendre au moins 3 ans avant d’être rénovée.

Lors de la dernière séance du conseil municipal de Montréal, la mairesse de RDP-PAT, Chantal Rouleau, a interpellé les membres du conseil exécutif afin de connaître les plans concrets pour la réhabilitation du boulevard Gouin en 2018.

« Je suis désolée pour vous que lors du dernier mandat, ce ne fût pas une priorité, puisque nous sommes hors-délais pour faire des travaux pour 2018 », a répondu Sylvain Ouellet, responsable des infrastructures et vice-président du comité exécutif.

Ce dernier ne s’est pas fait prier pour souligner que le dossier du boulevard Gouin, qui figure parmi les pires routes de la province depuis des années, n’avait pas été réglé lorsque le parti de Chantal Rouleau était au pouvoir.

Il a ajouté que des travaux sont conçus minimalement 2 ans avant leur réalisation. Puisque les travaux nécessaires sur le boulevard Gouin impliquent également l’enfouissement de fils électriques, « on parle alors d’une conception 3 ans avant la construction ».

Actuellement, les élus semblent encore à l’étape du remue-méninge. M. Ouellet a affirmé avoir une réunion à ce sujet dans les prochains jours avec Éric Alan Caldwell, responsable du transport au comité exécutif.

«Dès notre arrivée en mandat on a pris connaissance du dossier pour voir le travail qui avait été fait. On a fait, dès cette année, des travaux de PCPR [Programme complémentaire de planage-revêtement] sur le boulevard Gouin. J’ai été vous rencontrer à Rivière-des-Prairies pour qu’on élabore une vision à long terme, a affirmé M. Caldwell en réponse à Mme Rouleau. L’avenir du boulevard Gouin passe par notre capacité à la reconnecter au fleuve et en faire une route riveraine intéressante.»

 

Un dossier qui tarde
Il y a un an, dans la foulée du palmarès des pires routes 2017, la Ville de Montréal avait indiqué à l’Informateur que la réhabilitation de Gouin Est n’était pas prioritaire, puisque les efforts étaient concentrés dans « les endroits où il y a des risques de bris d’aqueducs». On évoquait alors un plan de revitalisation qui pourrait s’amorcer d’ici 3 à 5 ans.

Alors dans l’opposition, Projet Montréal avait affirmé à notre journaliste qu’il fallait «mettre la pression pour que le réaménagement du boulevard apparaisse plus rapidement dans les plans de la Ville».

Lors de la dernière campagne électorale, l’ancien maire Denis Coderre s’était engagé à «travailler fort» sur le dossier du boulevard Gouin, sans dévoiler plus de détails quant à l’échéancier et la nature des travaux.

Trois mois après l’élection de l’administration Plante, le conseil de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles avait adopté à l’unanimité une résolution afin que la ville-centre prévoie les sommes nécessaires pour revitaliser d’urgence le boulevard Gouin.

La réfection de Gouin Est est incluse au programme de réfection d’artères et figure au Programme triennal d’immobilisations 2018-2020 de Montréal. Or, la portée de cette inclusion est vague. En février dernier, une relationniste de la Ville avait indiqué par courriel à l’Informateur que le projet était «à l’étape d’avant-projet préliminaire», ajoutant que le concept d’aménagement de surface doit être défini, «tout en tenant compte des besoins de réhabilitations des infrastructures souterraines, afin de réaliser un projet intégré».

Depuis, la Ville n’a pas annoncé de plan de réfection concret. Fin mai, l’administration centrale avait néanmoins expliqué qu’elle étudiait le plan directeur de revitalisation réalisé par l’arrondissement.

Le boulevard Gouin s’est hissé au sommet du palmarès de la honte des pires routes du Québec compilé par CAA-Québec. L’artère a reçu 12 000 signalements en près d’un mois. Cet  axe routier qui longe la rivière des prairies a été Classé sixième en 2016 et troisième l’an dernier.

Le boulevard Gouin est sous la responsabilité de la ville-centre depuis qu’il été versé au réseau artériel administratif, en janvier 2015.

Outre un peu d’asphaltage et de colmatage de nids-de-poule, aucuns travaux majeurs n’ont été menés depuis.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!