Getty Images

Les personnes âgées n’ont pas les mécanismes physiologiques aussi performants que les jeunes adultes pour combattre les effets des canicules, même lorsqu’ils sont en parfaite santé.

C’est ce que révèlent les études de Daniel Gagnon, chercheur à l’Institut de Cardiologie de Montréal, situé dans Rosemont.

«Nous avons comparé les réactions physiologiques de groupes de personnes âgées de 65 et 80 ans avec d’autres adultes plus jeunes placés dans des conditions de chaleur et d’humidité extrêmes. Afin d’avoir des résultats fiables, les individus étaient tous en parfaite santé», affirme M. Gagnon.

Les résultats obtenus furent étonnants.  Avec ses collègues de l’Université du Texas à Dallas, le scientifique a constaté que les gens du troisième âge ne possèdent pas un système cardiovasculaire aussi efficace pour rafraîchir leur corps que les adultes dans la vingtaine.

«Un des moyens que nous possédons pour moduler notre température est la vasodilatation, c’est-à-dire la dilatation des vaisseaux sanguins au niveau de la peau. Dans une situation de chaleur importante, le cœur travaille plus fort et son débit, soit la quantité de sang qu’il pompe par minute, augmente. Or, chez les personnes âgées, le débit cardiaque ne monte pas autant, seulement de moitié, comparativement aux jeunes adultes», explique le chercheur.

Un autre moyen qu’a le corps de se rafraîchir bien connu, la sueur, n’avantage pas non plus les gens de l’âge d’or. Selon les données recueillies, ce groupe d’âge en sécréterait entre 20 à 30% moins que les personnes dans la vingtaine.

«La sueur nous aide grâce à son évaporation, lors de laquelle un transfert de chaleur est effectué», note M. Gagnon.

Par ailleurs, le scientifique a découvert que l’utilisation du ventilateur électrique n’avait aucun effet sur la température corporelle de cette tranche d’âge dans les conditions extrêmes.

Lors d’expériences effectuées dans un environnement contrôlé, des dizaines d’individus ont été exposés à des températures aux alentours de 42 degrés Celsius et un fort taux d’humidité. Or, si le ventilateur facilitait l’évaporation de la sueur des jeunes, il n’avait aucune incidence sur la quantité de sueur évaporée chez les plus vieux.

Les Montréalais âgés doivent-ils donc s’inquiéter des prochaines canicules dans la métropole?

M. Gagnon ne le croit pas. «Les canicules de Montréal n’atteignent pas encore ces niveaux, ce qui fait en sorte que le ventilateur est encore efficace pour tout le monde», dit-il.

Bien que l’on connaisse bien les dangers que posent les vagues de chaleur auprès des personnes âgées et cardiaques partout autour du globe, peu d’études scientifiques explicatives pouvant révéler les raisons à l’origine des risques encourus par ces tranches de la population sont menées.

Mais avec le phénomène du réchauffement de la planète et les nombreuses canicules qui s’en suivront, M. Gagnon croit que ce champ d’expertise attirera de plus en plus l’attention de la communauté scientifique.

Pour sa part, le chercheur de l’Institut de Cardiologie de Montréal poursuit ses expériences pour comprendre les effets de la chaleur sur les personnes atteintes de maladies du cœur.

Comment éviter le malaise en période de canicule

Les personnes âgées, malades et les athlètes qui s’adonnent à d’importants efforts physiques devraient prendre ces mesures lors de vagues de chaleur.

  • Évitez d’être exposés au soleil à l’extérieur.
  • Cherchez les endroits climatisés.
  • Assurez-vous d’être bien hydratés.
  • Pour les personnes âgées: gardez contact avec vos proches. Avoir un entourage social peut diminuer le risque d’incident cardiovasculaire.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!