Romain Schué/TC Media Charlotte Chouinard-Laliberté est la fille de l'ancien escrimeur Jean-Marc Chouinard qui a participé à quatre Jeux Olympiques.

La Rosemontoise Charlotte Chouinard-Laliberté participe en ce moment à la 51e finale des Jeux du Québec avec l’équipe de volley de la délégation de Montréal. 36 ans plus tôt, son père, l’escrimeur Jean-Marc Chouinard avait pris part à la compétition à Thetford Mines avant de représenter à quatre reprises le Canada aux Olympiques.

Son nom sonne comme un air de déjà-vu. Déjà entendu. Fille de l’épéiste Jean-Marc Chouinard, Charlotte Charlotte Chouinard-Laliberté, 16 ans, a un héritage à porter. Un héritage lourd ? «Pas vraiment, assure tout sourire la résidente de Rosemont. Mon père ne met pas trop de pression. Il nous a transmis sa passion mais si on ne réussit pas, ce n’est pas grave.»

Quatrième aux Olympiques de 1984 à Los Angeles, l’escrimeur, qui a également terminé au troisième rang de la Coupe du monde 1995, a également été du voyage aux éditions successives de Séoul, Barcelone et Atlanta avant de prendre sa retraite. Et de pousser ses trois enfants dans le monde du sport.

Immergée dans le sport
«Il a toujours aimé qu’on fasse du sport», révèle Charlotte qui a notamment pratiqué le soccer pendant sept ans, le tennis, le basket, le ballet et même le patinage artistique avant d’opter à 12 ans pour le volley, «un beau sport d’équipe», précise-t-elle.

«J’ai été immergée dans ce monde et c’est vraiment l’fun. Mon père aime aussi qu’on regarde le sport à la télé, qu’on découvre les stratégies, qu’on se pose des questions sur les tactiques.»

La carrière de son père, Charlotte l’a découverte petit à petit. Au bon vouloir d’un père peu bavard, «qui n’aime pas se vanter», rigole sa fille.

«Chez nous, il n’y a aucune photo, il n’a rien accroché. C’est moi qui lui pose des questions tout le temps. Il m’a montré des vidéos et j’ai découvert une personne complètement différente, qui criait lorsqu’elle marquait un point.»

Elle rêve de jouer en Europe
Lors de ces Jeux du Québec, Charlotte rêve d’une médaille sous les couleurs de la région de Montréal. Une première à ce niveau. «On la veut, mais si on donne notre maximum, ce sera déjà une victoire, précise celle qui étudie au collège Jean-Eudes. On apprend toutes à se connaître, ce n’est pas évident. Mais si on a un bon état d’esprit, je suis sûre qu’on ira loin.»

Avant de franchir dans quelques années l’océan Atlantique ? «Je rêve de jouer en Europe, d’aller aux Olympiques et de porter le maillot de l’équipe du Canada», dévoile la jeune volleyeuse qui aimerait également poursuivre ses études pour devenir physiothérapeute, «un métier qui m’inspire vraiment beaucoup.»

Les finales du volley féminin se dérouleront jeudi 21 juillet au complexe Claude-Robillard à Montréal.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!