L’une des rares popotes roulantes artisanales de Montréal vient de fêter 35 ans de confection et de service de repas auprès des personnes en perte d’autonomie. Grâce à une équipe composée uniquement de bénévoles, la popote roulante Saint-Joseph distribue 24 repas chaque mardi et vendredi, à Saint-Laurent.

«Nous sommes tous bénévoles et responsables», clame Solange Savard, qui s’occupe des communications, en plus de la cuisine.

Un comité de cinq personnes coordonne une vingtaine de bénévoles qui se relaient pour préparer les menus, faire les achats, cuisiner, conduire et livrer un repas complet deux fois par semaine, de septembre à juin.

«Malgré la demande, avec huit personnes sur liste d’attente, nous restons à 24 repas en raison du nombre de bénévoles et de la taille de la cuisine», précise Mme Savard.

Familial
Hébergée par la paroisse de Saint-Laurent, la popote est une histoire de famille. Fondée en 1981 par le curé Georges-Émile Boudreault et Béatrice Valade, elle obtient une subvention qui permet de transformer une pièce attenante au presbytère en cuisine communautaire.

Mme Valade et Lucette Trudeau ont été en charge de la popote pendant plus de 20 ans. Aujourd’hui, trois de leurs filles y sont bénévoles, dont Mme Savard et sa sœur, Johanne.

«J’ai rejoint la popote à ma retraite, raconte Denis Groulx, le mari de Solange Savard. J’aime beaucoup le contact avec les gens.»

Si certains bénévoles sont des amis d’amis, d’autres sont référés par le Centre d’action bénévole de Montréal (CABM), comme Nina Marinoff, qui gère les achats et la comptabilité, en plus de cuisiner.

«Une fois qu’on a assuré le service et été cuisinière, c’est difficile quitter la popote, souligne-t-elle. Nous savons qui sont nos bénéficiaires, on s’y attache, on a une responsabilité.»

La livraison des repas est parfois la seule visite que reçoivent certains bénéficiaires, qui paient 5$ pour un menu complet. Les bénévoles de la popote en profitent parfois pour informer le CABM des nouveaux besoins des aînés.

«On tire beaucoup de satisfaction de ce bénévolat, tant par les plats que l’on prépare, que par les bénéficiaires, qui en ont vraiment besoin», remarque Madeleine Trudeau, responsable des opérations et cuisinière.

Malgré la hausse du coût de la vie, la popote traverse bien les années, sans augmenter le prix du repas pour ses bénéficiaires, grâce à une gestion serrée du budget. L’organisme reçoit également des subventions, comme 1000 $ de l’arrondissement cette année à l’occasion de son 35e anniversaire.

Vous souhaitez aider la popote roulante Saint-Joseph? Contactez le Centre d’action bénévole de Montréal: sab.info@cabm.net ou 514 842-3351. Les nouveaux volontaires sont bienvenus.

Solande Savard a participé à une vidéo du Centre d’action bénévole de Montréal cet été, pour faire la promotion du bénévolat au sein des popotes roulantes.

Les popotes en chiffres
Montréal compte 45 popotes roulantes qui offrent un service de repas chauds livrés à domicile aux personnes ayant besoin d’un appui leur permettant de demeurer chez elles plutôt qu’en institution.

Les popotes roulantes fêtent leur 50e anniversaire cette année. Créées en Angleterre, elles ont traversé l’Atlantique dans les années 1950 avant de s’établir au Québec en 1966. La première a vu le jour à l’église St-Matthias à Westmount.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus