Gracieuseté/LOJIQ Arielle Rakoto animait le kiosque du Québec au dernier Sommet de la Francophonie, où elle a notamment rencontré Michaëlle Jean, la secrétaire générale de la Francophonie.

Québécoise d’origine malgache, Arielle Rakoto a pris l’initiative de proposer un projet au gouvernement du Québec à l’occasion du XVIe Sommet de la Francophonie, qui se tenait à Madagascar en novembre 2016. Non seulement le kiosque qu’elle animait fut un succès, mais elle a aussi remporté un prix des Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ) pour son implication.

Pendant cinq jours, la Laurentienne de 24 ans a présenté la géographie du Québec ainsi que ses opportunités d’immigration et d’études aux visiteurs du Village de la Francophonie du Sommet qui se tenait à Antananarivo, la capitale de Madagascar.

LOJIQ avait aussi un marché aux projets, où les jeunes de 18 à 35 ans ont été invités à présenter un résumé de leur projet sous la forme d’une capsule vidéo. L’initiative, très populaire, a récolté plus d’une centaine de propositions, comme un foyer pour femmes battues ou la mise en place d’une plateforme de covoiturage, et honoré huit lauréats de bourses de 350$ à 750 $.

«Initialement, la province n’était pas certaine d’envoyer LOJIQ au Sommet, mais il s’agissait de la seule tribune de l’année pour le Canada et le Québec en Afrique, explique Arielle Rakoto. Ils en ont profité pour passer de nombreux messages, notamment sur les droits des communautés LGBT, ce qui a eu beaucoup d’échos dans les médias.»

Partagée entre les cultures québécoise et malgache, la jeune femme était la candidate idéale pour accueillir le public sur place. Ses connaissances en langue malgache l’ont aidée, même si le français est la seconde langue du pays. «Il est cependant en recul, notamment en raison du manque de moyens pour l’enseigner», ajoute-t-elle.

Retombées
Pour celle qui travaille en tant que coordonnatrice, affaires économiques et communication marketing chez Montréal International, il s’agissait de sa première expérience professionnelle dans son pays d’origine.

«Ce sont de très belles retombées, indique-t-elle. J’ai appris à parler en public devant des gens insistants, qui venaient au Village, à chercher des opportunités. J’ai aussi développé ma confiance en moi et mon leadership.»

Résultat de cette expérience, elle a choisi de s’affirmer davantage par le bénévolat et en accédant à des conseils d’administration. Elle est notamment depuis avril administratrice à la Caisse Desjardins de Saint-Laurent. Elle a également rejoint le Conseil jeunesse de circonscription, apolitique, bien que dirigé par la députée libérale Emmanuella Lambropoulos, qui porte les revendications des 16-25 ans à la Chambre des communes.

Prix
Pour son parcours, Mme Rakoto a reçu le prix Francophonie de LOJIQ à l’Assemblée nationale au début du mois.

«Je ne m’y attendais pas du tout, c’est une belle reconnaissance, raconte-t-elle. Il y a énormément de projets de qualité, surtout dans le volet Francophonie.»

Elle pense que sa volonté de continuer à tisser des liens à l’international a joué un rôle dans l’obtention de ce prix. Depuis le printemps, elle écrit sur Mondoblog, une plateforme créée par Radio France internationale (RFI) qui sélectionne chaque année quelques blogueurs partout dans le monde.

«Les opportunités sont là où il faut les créer», philosophe Mme Rakoto.
Si elle veut maintenant évoluer dans son entreprise, elle continuera également de s’impliquer au sein de la Francophonie et peut-être sur d’autres conseils d’administration.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!