Écrire un livre et le voir sur les étagères des librairies à l’âge de 10 ans est un événement extraordinaire qu’Héloïse-Thanh Cyr a eu la chance de vivre. L’élève de l’école au Trésor-du-Boisé, à Saint-Laurent, a dévoilé l’histoire de la petite renarde rousse de son tout premier conte Le pinceau de Célestine.

La journée du 2 mai a été forte en émotion pour la Laurentienne de 5e année puisqu’elle a lancé son livre destiné aux enfants de 3 à 6 ans. Seconde publication de la Collection Manège des Éditions Caramello, il a été réalisé de pair avec la grand-mère d’Héloïse, l’auteure jeunesse Ginette Lareault. Les illustrations sont de Laurence Dechassey.

«J’ai choisi le renard parce que je trouve que c’est un bel animal. C’est mon préféré», lance Héloïse, ajoutant qu’il lui porte bonheur. Créative de nature, elle souhaitait imaginer un protagoniste aux qualités artistiques, à son image.

«Je voulais que mon personnage soit bon en art, afin qu’il me ressemble un peu», souligne la jeune fille. Elle se dit passionnée par toutes les formes d’art, en particulier la peinture et le dessin.

Ainsi, le personnage qu’elle a créé possède un talent de peintre. Le pinceau offert par sa grand-mère en cadeau de naissance afin qu’elle suive ses traces d’artiste est l’objet le plus précieux aux yeux de Célestine. La renarde réalise tout à coup qu’elle ne le trouve plus et c’est là l’élément déclencheur du récit.

«Héloïse connaissait déjà les parties du texte narratif, ce qui a beaucoup facilité la tâche. Elle a appris chacune des différentes étapes du processus, qui a été réalisé de façon professionnelle. Je l’ai dirigée du début de la création jusqu’à la préparation pour le lancement», observe Ginette Lareault. Enseignante pendant longtemps, elle publie depuis une dizaine d’années et a signé onze livres jeunesse.

Athlète et poète
Faire confiance à ses parents est le thème choisi par Héloïse. Dans Le pinceau de Célestine, elle aborde l’importance de s’ouvrir à eux quand on a un souci.

«Il y avait des choses personnelles dont j’étais gênée de discuter avec mes parents. Puis, je leur ai parlé et ils m’ont aidée à régler ce qui n’allait pas bien. Je voulais dire aux autres qu’on peut faire confiance à nos parents et qu’il ne faut pas avoir peur», confie la jeune auteure.

Interrogée à propos du métier qu’elle aimerait exercer, elle répond spontanément. «Je me vois être athlète quand je vais être grande. Mais, en même temps, je me vois aussi un peu poète.»

Le volleyball est le sport de prédilection d’Héloïse. À la fois active et créative, elle possède l’énergie, le talent et l’imagination nécessaires pour réaliser ses plans de carrière.

Plus d’infos
editionscaramello.com

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!