On annonçait dans Les Nouvelles Saint-Laurent du 15 mai que le Ministère de la Santé et des Services Sociaux (MSSS) n’avait pas encore établi sa liste de priorités, encore moins décidé du sort de l’Hôpital du Sacré-Cœur.

Joanne Beauvais, porte-parole du MSSS, a toutefois mentionné que le dossier suivait son cours et que le projet a obtenu une mention de priorité un de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal en décembre 2012. «En janvier 2008, le ministère invitait à l’hôpital à soumettre son projet à l’agence pour que le ministère le valide et confirme les besoins», précise-t-elle.

Neuf mois plus tard, en septembre 2009, le besoin est reconnu par le MSSS. «C’est sûr que le processus est toujours un peu plus lent évidemment dans une grande machine», souligne Mme Beauvais.

Un dossier d’affaires initial a été demandé en avril 2012 et celui-ci s’intègre au Programme financier des infrastructures. La porte-parole assure que le dossier de l’hôpital suit son cours, la cible d’approbation étant le 30 juin. Si le dossier d’affaires est également approuvé, les travaux débuteraient en mars 2016. La cible visée pour le premier patient traité est février 2019.

Patience

Le président du conseil d’administration de l’Hôpital du Sacré-Cœur a appelé à la patience. Il juge qu’il n’y a pas lieu de sonner le tocsin. Il explique que le gouvernement en place ne l’est que depuis peu et n’a pu avoir le temps de prendre de décisions.

«Depuis l’élection du Parti libéral, j’ai eu l’occasion de rencontrer M. Fournier et le dossier est entre les mains du Dr Barrette», a-t-il commenté. «Il faut être patient. Les ministres sont là, ils viennent d’arriver, ils commencent à siéger. Le budget n’est pas déposé et les crédits budgétaires ne sont pas approuvés. Il va sûrement s’écouler quelques mois… On ne s’attend pas à une réponse dans deux semaines, mais pas dans un an non plus.»

Du côté de l’Agence, même son de cloche: le dossier doit suivre son cours. La situation de l’hôpital et l’état de vétusté sont connus et reconnus par l’agence. «Le projet de modernisation est entre les mains d’Infrastructure Québec, du Conseil du trésor et du ministère de la santé et des services sociaux», précise Marie-France Coutu, Direction adjointe du secrétariat général et des communications de l’ASSS.

«L’Agence de Montréal continue d’appuyer le projet et constate qu’il continue de cheminer. Nous n’avons pas d’indications à ce jour que le projet serait bloqué ou freiné».

La fondation allongera 12M$

Benoît Tremblay, directeur général de la fondation de l’Hôpital du Sacré-Cœur explique que le projet en est un d’envergure. «Les annonces que l’on attend impatiemment sont pour la phase un, un projet autour de 125-130 millions de dollars. La contribution de la fondation pour cette phase-là est de 12 millions de dollars», a exprimé M. Tremblay.

Pour lui – et la fondation – il est primordial que des priorités soient établies bientôt. «Nous sommes au service de l’hôpital», exprime-t-il. «Les gens sont excédés d’attendre. Il y a eu beaucoup de mobilisation collective dans les derniers 14 mois. On pense que – indépendamment du parti au pouvoir – les choses avancent bien.»

La fondation a amassé récemment 83 451$ pour l’hôpital lors du Festin homard et bœuf tenu à Saint-Laurent, à l’aréna Raymond-Bourque et s’attend à un grand succès lors de l’Omnium de golf qui est prévu le 17 juin.

Michel Bourgeois, président de la Fondation de l’Hôpital du Sacré-Cœur, avait préalablement discuté avec notre journaliste, arguant qu’il était important de promouvoir l’hôpital et les services de grande qualité qu’il offre – notamment le centre de traumatologie et la cardiologie. L’hôpital est également reconnu pour son centre de recherche, affilié à l’Université de Montréal.

À lire également

L’espoir d’un nouveau souffle pour l’hôpital Sacré-Coeur

Jean-Marc Fournier réélu

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!