Le déneigement et le déglaçage prennent un virage vert dans l’arrondissement. Le Bleu fuzion, du sel entouré de chlorure de magnésium contenant un dérivé du maïs, ainsi que le D-glace100, un déglaçant sécuritaire pour l’environnement, font leur apparition dans les rues de Saint-Laurent.

Malgré un virage vers des pratiques respectueuses de l’environnement, le déneigement n’est pas encore complètement écologique à cause de l’essence consommée par la souffleuse et d’autres machineries lourdes. «Mais au niveau de l’épandage des abrasifs, on tend vers des pratiques de plus en plus environnementales. On va opter pour des produits de plus de plus écologiques à l’avenir», se réjouit Michel Thorn, chef de division ‒ voirie et signalisation.

Ce virage environnemental permet d’utiliser moins de sel et donc d’en introduire en plus petite quantité dans l’environnement. «J’ai étudié en horticulture. J’ai vu les dommages que ça peut faire aux arbres et aux pelouses», affirme M. Thorn.

Selon lui, trop de sel était déversé dans les rues, ce qui empoissonnait les arbres et la végétation une fois le printemps venu. La flore affectée était surtout celle des terre-pleins, sur lesquels était repoussée la neige quelques mois auparavant.

Passe-moi le magnésium

Les pratiques ont changé. «On avait moins de territoire et on utilisait plus de sel», rappelle Michel Thorn. Alors qu’il y a quelques années, on déversait 25 000 tonnes de sel, seules 13 000 tonnes qui seront nécessaires au déglaçage de l’arrondissement cette année. La quantité demeure considérable, mais elle a diminué de presque moitié.

Le sel est encore utilisé à Saint-Laurent, mais il cède parfois sa place au Bleu fuzion. Dix fois moins corrosif que le sel ordinaire, ce produit est aussi peu toxique que le bicarbonate de soude ou la vitamine C.

Fait à partir de chlorure de magnésium et de résidu de maïs, ce produit est encore efficace à -20oC, alors que le sel ordinaire cesse de faire effet à -12oC. Ce sel de couleur bleu, qui ne tâche pas, sera déversé dans les rues de Saint-Laurent la semaine prochaine lors de laquelle on annonce une période de froid.

Le D-glace100 est un déglaçant liquide encore performant à- 65 oC   qui fait baisse la glace à 0 oC, température à laquelle le H2O prend une forme liquide. Ce produit est utilisé de façon préventive, avant que la glace ne se forme sur la voie publique.

Les nouvelles méthodes ne doivent pas être employées au détriment de la sécurité des Laurentiens, pense Michel Thorn. «Ce n’est fait au détriment de la sécurité. Quand il faut utiliser le sel, on ajoute des saleuses, on n’a pas le choix. Mais dans les situations où la route n’est pas nécessairement glissante, on ne fait pas exprès d’en ajouter», explique le chef de division ‒ voirie et signalisation. 

Plus vert que le voisin?

L’arrondissement faire bonne figure à Montréal par ses efforts pour trouver des alternatives écologiques au sel de la voirie. «Saint-Laurent est l’un des arrondissement à l’avant-garde», pense Philippe Sabourin, chargé de communication pour la Ville de Montréal. Selon lui, Saint-Laurent est proactif en utilisant ses nouveaux produits déglaçant. Montréal profite des efforts d’innovation dans ses quartiers. Dans Ville-Marie, on utilise du jus de betterave pour déglacer les rues. Traitée, la substance ne tache pas et permet au sel de coller au trottoir pour accélérer la fonte.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!