Sylvain Gagnon La deuxième édition du programme Un enfant, un arbre s’est déroulée en présence du maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa et de nombreuses familles.
La Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB) se lance dans la poursuite du développement durable et se dote d’un coordonnateur du développement durable.

Dominic Vézina, qui travaillait à l’école secondaire Saint-Laurent au service d’animation de vie spirituelle et d’engagement communautaire sera le premier coordonnateur du développement durable dans une commission scolaire québécoise. « Le tableau reste à barbouiller, mais on a un peintre », explique-t-il. 

La tâche à laquelle s’attaque M. Vézina n’en sera pas une facile. Il devra changer les habitudes de 65 000 élèves et de 8 500 membres du personnel, tout en soutenant des projets concrets. Dès cette année, la CSMB mettra sur pied une échelle de certification verte pour chacune de ses écoles. Une fois obtenue, une école ayant obtenu la classification participante, bronze, argent ou verte devra rendre des comptes l’année prochaine pour conserver sa certification.

M. Vézina souhaite lancer l’Académie du développement durable. En misant sur la gouvernance étudiante, le coordinateur rassemblera les présidents, les vice-présidents d’école ainsi que les brigades vertes. Lors de rencontres de deux jours en début d’année, ces jeunes élaboreront leurs propres projets.

M. Vézina prévoit aussi faire effectuer des diagnostics dans toutes les écoles, afin de connaître la réalité terrain de chacune d’entre elles. Il cherche notamment à savoir si les écoles recyclent les cartouches d’encre ou ont mis sur pied un programme de recyclage. Une fois les diagnostics terminés, il planifie rencontrer toutes les directions d’école, sur deux à trois ans, afin de créer des outils leur permettant de faire du développement durable. M. Vézina travaille présentement sur un plan d’action qui s’étend jusqu’en 2020.

Petit à petit l’oiseau fait son nid

Le nouveau coordinateur sait qu’ il faut faire de la concertation. «Changer les façons de faire ne se fait pas du jour au lendemain. Il faut sensibiliser et éduquer les gens d’une manière écocitoyenne ». Celui qui veut faire «de la pédagogie de l’espoir», estime que cette écocitoyenneté permet de penser à l’environnement à l’extérieur d’un cadre alarmiste, soit de façon plus positive et en incorporant les valeurs de l’entreprenariat.

Afin que les élèves aient envie de s’engager, M. Vézina veut « miser sur ce qui les intéresse ». Par exemple, il a créé un défilé de mode vert à la fois écologique et éthique à l’école Saint-Laurent. Ce projet, qui a été pensé et organisé par les élèves, a rassemblé environ 500 personnes autour des cconcepts du développement durable.

M. Vézina croit que les élèves seront des partenaires importants de son mandat. « Ils sont plus verts que nous les adultes. Les jeunes nous pointent du doigt et dénoncent leurs enseignants qui boivent leurs cafés dans des verres de styromousse. »

Selon la CSMB, « le milieu scolaire est le lieu privilégié de la sensibilisation, de la conscientisation et de l’expérimentation des actions menant au respect de l’environnement. L’éducation est le principal moyen de conscientisation, de mobilisation, de transformation sociale et de développement de la citoyenneté. »

Le coordonnateur déposera son plan d’action sur huit ans le 30 septembre. Les Nouvelles Saint-Laurent New vous garderont au fait de l’évolution du dossier du  développement durable à la Commission scolaire.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!