Gracieuseté L'assemblée générale du CEJFI s'est déroulée le 25 septembre au centre des loisirs.
En tout 1243 jeunes laurentiennes issues de l’immigration ont été accompagnées par le Centre d’encadrement pour jeunes femmes immigrantes (CEJFI) au cours de l’année dernière. Les activités ont touché s plus de 4000 personnes.

Représentant plus de 60 pays les participantes ont reçu du soutien dans leurs démarches d’insertion professionnelle, d’orientation scolaire, d’implication citoyenne et dans leur recherche de stage, de garderie ou de logement.

«Le profil type des utilisatrices des service du CEJFI est celui d’une résidente permanente d’origine marocaine qui a fait des études universitaires, sans emploi, mariée et avec des enfants », a indiqué Régine Alende Tshombokongo, directrice et fondatrice du CEJFI lors de l’assemblée générale de l’assemblée générale qui s’est tenue le 25 septembre au centre des loisirs.

La majorité des bénéficiaires de l’organisme ont des difficultés liées à l’emploi ou la maîtrise du français ou de l’anglais. L’insertion professionnelle chez la clientèle est plus ardue également à cause du manque de reconnaissance des acquis, des préjugés ou des obstacles liés à la conciliation travail/études/famille.

Insertion par l’emploi

Selon la directrice, l’intégration des jeunes immigrantes à la société québécoise doit passer par l’emploi. « Nous c’est comme ça qu’on peut lutter contre la marginalisation des immigrants et la pauvreté des femmes. C’est par l’emploi et ça se prépare. C’est pour cela qu’on fait de la formation», affirme Mme Alende Tshombokongo.

Afin d’épauler sa clientèle, l’organisme s’est doté du programme <@Ri> Égalité des chances en sciences et techniques <@$p>. Ce projet « est un service d’accompagnement. On est parti du fait que les immigrants vivent dans la pauvreté et la marginalisation. Mais il y a des métiers prometteurs, si les parents n’ont pas pu percer, pourquoi ne pas commencer à sensibiliser les enfants dès les bancs d’école pour qu’ils s’avancent vers des carrières avec des salaires prometteurs», affirme la directrice  En plus d’activités de sensibilisation, de sorties scientifiques, le CEJFI organise des rencontres avec des femmes scientifiques.

Aussi le programme offert, <@Ri> La relève: Lancement d’entreprise, Spécialisation: responsable de service de garde en milieu familial <@$p> fonctionne en collaboration avec la Commission scolaire Margueritte Bourgeoys. Il a été très populaire cette année. En tout 280 jeunes femmes ont suivi la formation permettant d’acquérir des connaissances nécessaires pour ouvrir et gérer une garderie.

Au cours de la dernière année, le centre a obtenu un certificat d’Excellence du ministère de la Culture et de la Condition féminine et le deuxième prix au festival Vues d’Afrique pour son documentaire Rêves synchros. La directrice du centre a reçu un certificat de mérite de l’organisation des professionnels congolais du Canada. Le centre a été nominé dans la catégorie « innovation » lors du colloque du regroupement québécois des organismes pour le développement de l’employabilité.Le CEJFI offre six autres programmes aux jeunes immigrantes de moins de 35 ans. Info: http://www.cejfi.org

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!