Archives Métro

La Cour suprême du Canada a tranché: le gouvernement Harper pourra détruire les données restantes du défunt registre d’armes d’épaule, malgré la contestation du gouvernement québécois. Le député fédéral de Saint-Laurent-Cartierville, Stéphane Dion, considère que cette décision est une illustration d’un «mauvais fédéralisme».

Le député libéral se dit déçu de la décision de la Cour suprême. «D’un point de vue juridique, je dois respecter ce jugement, mais d’un point de vue politique, je ne peux que critiquer le gouvernement conservateur», explique-t-il.

Le gouvernement québécois s’était tourné vers les tribunaux afin d’obtenir les dernières données de l’ancien registre fédéral d’armes d’épaule.

Le député considère que la demande du Québec d’avoir accès aux registres fédéraux était légitime et que ce manque de coopération, de la part du gouvernement conservateur, coutera cher aux Québécois.

«Cette décision va augmenter le nombre d’efforts à déployer pour mettre en place le registre québécois et ça coutera en temps et en argent aux contribuables», indique-t-il.

M. Dion blâme l’aversion idéologique qu’entretient le gouvernement conservateur à l’égard du contrôle des armes, «la mentalité de M. Harper est très proche de la droite américaine en ce qui a trait aux armes à feu», affirme-t-il.

Le député libéral est persuadé que «les conservateurs vont continuer leur travail de sape».

La prochaine étape, selon lui, sera le Projet de loi C-42, qui vise à simplifier la vie des détenteurs d’armes à feu, en fusionnant les permis d’acquisition et de possession en un seul et même permis.

«Et nous sommes aussi absolument contre», déclare M. Dion.

Le registre Québécois d’armes à feu ne serait pas mis en péril par cette décision de la Cour suprême. Les libéraux de Philippe Couillard confirmaient il y a quelques mois que, peu importe la décision, ce registre verrait le jour.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!