Samantha Velandia/TC Media Le système serait entièrement automatisé et électrique sur 67 km, incluant 24 stations et un service 20 heures par jour, sept jours sur sept.

Projet ambitieux, le système léger sur rail (SLR) dans l’ouest de l’île est alléchant pour  les élus municipaux des quartiers de l’est de l’île qui considèrent que leur territoire est encore le «grand oublié» en matière de transport collectif.

Les élus déplorent, entre autres choses, le fait que le projet ne tienne pas compte des besoins de leurs citoyens.

«Ça fait 27 ans que je suis élu à Anjou et qu’on nous dit que la priorité numéro un est celle de mieux desservir la population de l’Est. Je suis content pour les gens du West Island, mais je tombe de ma chaise quand je vois que le gouvernement prévoit investir 2,5 G$ de fonds publics dans ce projet alors qu’on n’a même pas encore une date pour le prolongement de la ligne bleue», explique Luis Miranda, maire d’Anjou.

Il craint que l’arrivée de ce nouveau projet ait pour effet de retarder davantage le prolongement du métro, au grand dam de ses concitoyens.

«Des milliards, il n’en pleut pas pour des projets de transport collectif. Ces sommes qui seront investies dans le projet de SLR auraient dû être destinées à la construction du métro.»

–Luis Miranda

Robert Coutu, maire de Montréal-Est, dénonce aussi un «déséquilibre» entre l’Est et l’Ouest de la métropole.

«Je ne veux pas que cela devienne un enjeu politique, mais quand j’ai vu le tracé du futur projet de SLR, j’ai pensé qu’il y avait une erreur sur la carte. Ça fait des années qu’on le dit qu’on a des besoins à combler dans l’est, alors c’est assez. C’est inadmissible qu’on soit encore laissé pour compte.»

Le SLR serait livré à la fin de 2020, soit deux ans avant la mise en service du système rapide par bus Pie-IX. De plus, on ignore toujours la date du premier coup de pelle du prolongement de la ligne bleue.

«Si ça prend 25 minutes pour se rendre de Sainte-Anne-de-Bellevue à la Gare Centrale, il n’est pas normal qu’il en prenne plus d’une heure pour se rendre de Rivière-des-Prairies au même endroit, alors qu’il est plus près physiquement», indique Sylvain Ouellet, conseiller de la ville du district de François-Perrault dans l’arrondissement de Villeray – Saint-Michel – Parc-Extension.

Transport 2000, association vouée à la promotion du transport en commun, ne considère pas qu’il y ait un déséquilibre entre les projets de l’Ouest et de l’Est. Néanmoins, il y a tout de même des disparités.

«Le plan de match pour les projets de transport en commun dans l’Est n’est pas complet. Il manque un échéancier et des détails comparativement au SLR», souligne François Pepin, président de l’organisme.

Ce dernier craint aussi de voir le financement du prolongement de la ligne bleue diminuer en au profit des projets de l’Ouest.

«Il ne faut pas réduire le financement de l’un pour payer l’autre. Il faut multiplier les projets de transport collectif», affirme M. Pepin.

Le projet de train de 5,5 G$ annoncé par la Caisse de dépôt et placement du Québec reliera l’aéroport Montréal-Trudeau, Sainte-Anne-de-Bellevue ainsi que Deux-Montagnes. Il comptera 67 km de rails et inclura 24 stations. Électric et automatisé, le train sera en service 20 heures par jour.

Le 25 avril, des députés du Parti québécois ont tenu un point de presse pour demander au gouvernement du Québec d’accélerer la mise en branle de projets de transport en commun dans l’Est, dont celui du prolongement de la ligne bleue du métro.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!