Archives Métro Martin Coiteux

Le monde des affaires de l’ouest de Montréal pousse un soupir de soulagement à la suite du dépôt du budget équilibré, un premier en six ans, du ministre des Finances Carlos Leitao. Les entreprises vont bénéficier de mesures favorables, notamment des crédits d’impôts, totalisant 500 M$ d’ici 2020.

«Le retour à l’équilibre budgétaire est une bonne nouvelle globalement, exprime Nicolas Roy, directeur général du Centre local de développement (CLD) de l’Ouest-de-l’Île. C’est un signal positif de stabilité économique pour le gouvernement. »

Le taux d’imposition sur la masse salariale des PME sera diminué. Il passera de 11,9 à 11,5 % sur 2 ans. Une revendication de longue date. Mais il faudra attendre à 2017 avant que cette mesure soit mise en place.

«On ne veut surtout pas compromettre ou rendre vulnérable l’équilibre budgétaire avec des mesures prématurés» admet le président du Conseil du trésor et député de Nelligan, Martin Coiteux.

Comme le Québec a frôlé une récession en 2013, les mesures mises en place par le gouvernement Couillard visent à stimuler l’économie. Les exportations sont en forte croissance à l’heure actuelle grâce à une économie américaine qui va mieux et un dollars canadien qui est plus faible. M, Coiteux dit avoir «l’intention de consolider tout ça pour que ça s’améliore encore».

Compétitivité avec l’Ontario
Le but avoué du gouvernement, c’est de rendre les PME fiscalement compétitives par rapport à l’Ontario. Mais entretemps, certaines peinent encore à survivre.

Alain Laroche, le commissaire au développement économique de l’arrondissement de Verdun, soutient que ce sont surtout les entreprises au détail qui souffrent. «L’insécurité entourant la réorganisation dans les programmes qui les soutiennent, notamment les CLD, les rend vulnérables. »

Les compressions du gouvernement en cette ère d’austérité ralentissent la croissance en ce moment selon certains économistes. M. Coiteux admet que la croissance économique est certes moins forte que souhaitée, mais elle est tout de même positive.

«C’est pour cette raison qu’on doit faire davantage. Si on réussit à atteindre nos objectifs, ça se traduira par une économie plus dynamique avec plus d’investissements privés, plus d’emplois et donc plus d’argent dans les poches des gens qui dépenseront plus» soutient-il.

D’autres mesures
La proposition d’abolir la taxe santé graduellement sur une période de 3 ans est justement une autre mesure qui vise à redonner du pouvoir d’achat aux contribuables. «Je suis très enthousiaste, nous dit M. Roy. C’est bon pour les entreprises» mentionne-t-il.

Le gouvernement propose aussi que les entreprises ayant moins de 2 M$ de masse salariale n’aient plus à se soumettre à la loi du 1% sur la formation professionnelle. La mise sur pied d’un plan d’action de 100 M$ en support aux entreprises d’économie sociale est également prévue.

Avec la collaboration de Véronique Leduc

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!