Fermée depuis le 23 mai, la bibliothèque Marie-Uguay va rouvrir ses portes samedi au terme d’importantes rénovations se chiffrant à 667 000$. L’établissement désormais méconnaissable présente plusieurs éléments uniques, dont une murale créée par le père de «Paul», le célèbre bédéiste Michel Rabagliati.

La bibliothèque située sur le boulevard Monk a totalement changé de visage, a pu constater TC Media lors d’une visite. Bien qu’il n’ait pas été agrandi, l’établissement donne l’impression d’être plus vaste.

Dans la section des adultes, un décor lumineux remplace désormais les couleurs foncées du plancher et des anciens murs. Le designer Marc Archambault, à qui l’on doit aussi l’aménagement de la bibliothèque Saint-Henri, a opté pour des teintes claires. La lumière domine également dans la section jeunesse.

Plus de postes internet
Les travaux ont permis d’augmenter le nombre de postes informatiques branchés. S’il y en a toujours quatre du côté des jeunes, on est passé de deux à neuf chez les adultes, dont deux «express» pour une utilisation maximale de 15 minutes, explique Sonia de Bonville, chef de section aux bibliothèques Marie-Uguay et Saint-Henri.

La section des adultes a été dotée d’une salle fermée qui permettra les rencontres de groupes. La section jeunesse comporte aussi désormais une salle d’animation qui pourra accueillir les enfants des centres de la petite enfance et des groupes scolaires.

«Le but des travaux était d’ajuster la bibliothèque aux besoins des usagers», souligne Chantal Beaulieu, chef de division culture et bibliothèques à l’arrondissement du Sud-Ouest.

Deux murales
La bibliothèque s’enrichit de deux murales. Michel Rabagliati signe celle que l’on peut voir derrière le comptoir d’accueil de la section des adultes. L’œuvre qui mesure près de 3m de hauteur par environ 7m de largeur (9′ x 22′) est en noir et blanc. On y aperçoit le héros de la série, Paul, entouré de dizaines d’objets, dont un uniforme de scout, un sac d’Expo 67, une cafetière, une tablette de chocolat, un livre de croquis, une guitare, un yo-yo, un disque de Bach interprété par Glen Gould, une paire de sandales et un appareil photo.

Les lecteurs de la série reconnaîtront des objets tirés des différents albums. D’autres n’ont rien à voir avec la BD mais sont chers au cœur du créateur. «C’est un peu comme un curriculum vitae visuel de Paul le personnage et de l’auteur», note Michel Rabagliati.

L’artiste a aussi eu une pensée pour celle qui a donné son nom à la bibliothèque, la poète Marie Uguay emportée par la maladie en 1981 alors qu’elle n’avait que 26 ans. Celle qui a vécu son enfance à Ville-Émard est représentée avec les livres qu’elle a publiés. «Son histoire est touchante», confie le bédéiste.

Dans la section jeunesse, c’est une murale d’Élise Gravel qui sera installée à la fin de septembre à l’occasion des Journées de la culture.

Les travaux ont été réalisés selon l’échéancier et le budget prévus. Les dernières rénovations dataient des années 1980.

Une fête aura lieu samedi pour célébrer la réouverture de la bibliothèque située au 6052, boul. Monk. Des activités sont prévues de 10h à 17h, incluant de la musique, de l’animation et des tirages.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!