(Photo: Gracieuseté) La commissaire indépendante du Sud-Ouest, Violaine Cousineau, a abordé le sujet des livres de la Banque TD pour sa première capsule vidéo.

Afin de dévoiler les différents enjeux au sein de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), la commissaire indépendante du Sud-Ouest, Violaine Cousineau, a trouvé un nouveau moyen d’entrer en contact avec les parents d’élèves. Tous les mois, de concert avec deux collègues, elle abordera un sujet d’actualité en lien avec l’éducation par le biais de capsules vidéo diffusées sur les réseaux sociaux.

«J’essayais déjà de faire connaître notre travail et nos prises de position par Facebook, mais l’écrit a ses limites. L’oral permet de vulgariser certains enjeux plus complexes et permet aussi plus de nuances», fait-elle remarquer.

Cela faisait plusieurs mois que Mme Cousineau, Jean-Denis Dufort et Jean-François Gosselin, les trois commissaires indépendants de la CSDM, pensaient à développer un autre canal de communication par souci de transparence envers leurs concitoyens.

«Souvent, nous n’avons pas la même position que l’ensemble de nos collègues à la CSDM. Par nos capsules, nous pouvons partager nos positions, sans que les citoyens aient besoin d’aller lire les procès-verbaux ou aient à visionner le conseil des commissaires en entier», indique Mme Cousineau.

La commissaire tient toutefois à préciser que le but de partager l’opinion d’elle et de ses collègues n’est pas de rallier la population à leur cause. «Nous voulons plutôt stimuler un débat, ce qui permet d’approfondir certaines questions et d’enrichir la réflexion», dit-elle.

Première capsule
La première capsule, abordant le sujet des livres de la Banque Toronto-Dominion (TD) a rallié plus de 9000 auditeurs. À l’aide d’un simple micro fixé à un téléphone cellulaire, elle a été tournée en une seule prise sans qu’un seul sou soit déboursé.

«Le fait que ce soit très simpliste nous permet de le faire. Nous n’aurions pas eu le temps et l’énergie de faire un vrai tournage. L’important c’est le contenu», explique Mme Cousineau.

Le sujet abordé a d’ailleurs suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux. Certains étaient totalement contre le fait que leurs enfants aient accès à des livres où des publicités figurent à outrance.

«Il s’agit d’une édition spéciale où on voit le logo de la Banque TD ainsi qu’un mot du président. Partout, on vente les bienfaits de cette banque», explique Mme Cousineau, qui croit qu’il y a des moyens plus adéquats de collaborer avec la communauté d’affaires.

D’autres interlocuteurs étaient toutefois d’une opinion contraire, soi-disant que ce type de publication était nécessaire en raison du sous-financement chronique de l’école publique.

«Les avis étaient partagés et c’est ce qui permet de faire ressortir de nouveaux enjeux», se réjouit Mme Cousineau.

Une deuxième capsule devrait être en ligne sous peu. Les trois commissaires comptent trouver la meilleure façon de diffuser l’information afin de rejoindre le plus de gens possible. La possibilité d’une chaîne YouTube n’est pas écartée.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!