Collaboration spéciale/Clinique du Coureur Hiver comme été, Luis Villagran repousse ses limites.

Dans la prochaine année, Luis Villagran repoussera ses limites en parcourant au-delà de 400 kilomètres à la course dans le cadre de quatre ultramarathons. Ça équivaut à deux allers-retours Verdun/Drummondville.

En 2015, l’athlète de Verdun se déplacera notamment en Italie pour parcourir un ultramarathon de 119km. L’an dernier, cette course a été remportée avec un temps de 12 heures et 40 minutes. Luis espère la terminer en moins de 14 heures.

Ensuite, il se rendra à Charlevoix pour franchir les 125km qui séparent les lignes de départ et d’arrivée lors de la course Ultra Trail Hurricana.

Ultramarathonien depuis deux ans
Luis a débuté les ultramarathons en 2012. Depuis, il est accroc; difficile de s’en tenir à des courses «plus courtes».

«Je n’éprouve plus le même plaisir qu’avec les distances plus longues, raconte-t-il. J’adore partir à la course en sentier, pendant une journée, même plus.»

L’an dernier, l’homme a gagné le tour du Massif, une course de 50km à Prévost et a atteint la deuxième marche du podium au North Face Endurance Challenge de 80km, à Blue Mountain en Ontario. La troisième place lui est revenue lors de L’ultra Trail Hurricana du Canada, un parcours totalisant 80km.

«Ça dépend toujours du coureur et des conditions, mais en moyenne, je réussis à courir 80km en 7 heures et 30 minutes», précise-t-il.

Lorsqu’il termine une course, il est évidemment fatigué, mais surtout heureux.

«Je me sens super bien, relate-t-il. Souvent, ils nous offrent une bière et de la nourriture après une course. J’ai souvent faim après une course, donc j’en profite pour grignoter. Je bois de l’eau et du ginger ale lors des courses, et parfois je grignote des fruits.»

Trop petit pour le hockey
Alors qu’il est adolescent, Luis court pour s’entraîner pour le hockey, son sport de prédilection. Mais n’ayant pas le gabarit pour exceller dans ce sport, il décide de se consacrer à la course, une activité qui lui permet de bouger et de partir à l’aventure dans les sentiers de Montréal.ultramarathonvillagran

«À la course à pied, on a une liberté qui est très attirante, explique l’athlète de 30 ans. On peut pratiquer le sport presque n’importe où.»

Courir beaucoup, courir partout
Luis court environ 13 heures par semaine. Tous les jours, il parcourt les 10km qui séparent son domicile de son travail, situé dans le Mile-End. Il en profite pour passer dans les chemins du Mont-Royal.

«J’aime bien courir sur le bord de l’eau de Verdun, qui est génial pour aller prendre de l’air. L’hiver, j’y vais même en raquettes.»

Luis recherche à se dépasser constamment, que ce soit afin de battre ses propres temps ou d’améliorer ses capacités.

«Nous sommes habitués au confort. Je suis un peu contraire à la tendance, c’est l’inconfort que je recherche. Ça me donne l’impression d’être vivant. Et puis, à la course, c’est comme si nos sens sont « boostés ». C’est ce qui me fait le plus plaisir.»

Nouvel ambassadeur pour Mountain Equipment Co-op
Percevant sa détermination et sa persévérance, Moutain Equipment Co-op (MEC) décide de le nommer ambassadeur. Ce partenariat lui fournit des outils pour réaliser ses aventures à pied.

Il a comme mission d’encourager les Québécois à bouger et participera à plusieurs événements, dont les courses organisées par MEC. Il animera aussi des conférences et des ateliers.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!