Gracieuseté - Pierre Ouimet La Verdunoise Natasha Henderson devant sa toile To know a cat présentée à la Gallery BBAM!.

La peintre Natasha Henderson a vendu samedi trois de ses toiles lors d’un encan silencieux dont les profits ont été remis au Refuge pour chats de Verdun. Connue pour sa collection de chats et celles d’oiseaux, elle utilise l’art abstrait pour transformer ses œuvres en poèmes visuels.

Que représente la peinture pour vous?
Il s’agit d’une expression intemporelle. Au début, l’art passait par la peinture rupestre, sur les parois des cavernes. On a eu une période durant laquelle on disait que c’était la fin de cet art puisqu’il existait de nouveaux outils comme la photographie. Pour moi, l’aspect tactile de la peinture reste incontournable. Ma passion vient du fait qu’en jouant avec les couleurs, on peut créer quelque chose de visuel que les gens vont vouloir regarder, raconter une histoire, ou encore susciter de l’empathie. Cette manière de communiquer se rapproche du langage et de la poésie.

Est-ce que vous utilisez une technique particulière?
J’ai beaucoup appris en lisant et en pratiquant. J’applique de fines couches de couleurs donc ça se construit avec le temps. Quand je peins, j’ai plusieurs idées qui me traversent l’esprit et qui se transposent à travers mon pinceau sur ma toile. Je mets mon travail de côté puis je reviens le jour suivant et je le complète avec de nouvelles choses qui s’ajoutent à l’histoire.

J’ai lu un jour que Leonardo da Vinci peignait une seule couleur par jour et il l’appliquait sur tout puis revenait le lendemain avec un nouveau coloris. Ça se rapproche de ce que je fais. J’aime le lien qui se crée avec l’expérience humaine qui se retrouve sur la toile.

Pourquoi privilégiez-vous la peinture à l’huile?
Elle me force à ralentir, à insérer du temps et de la contemplation dans mon dessin. Il faut compter une journée pour que la peinture sèche entre les différentes couches. En plus, j’ai découvert que la richesse de l’huile est la profondeur et l’épaisseur qu’elle affiche donc, même s’il y a peu de couleurs et qu’elles sont subtiles, il reste une grande richesse.

Comment décrieriez-vous votre travail?
Mes traits sont abstraits, mais vous pouvez toujours reconnaître des éléments, comme des chats ou des oiseaux. J’ai des idées lorsque je peins, mais peu importe la personne qui regarde mon travail lorsqu’il est terminé peut avoir une idée complètement différente de la mienne et c’est ça qui est fantastique pour moi. Cela signifie que j’ai accompli ce que je voulais faire puisqu’il ne s’agit pas uniquement d’une image avec une fin à l’histoire, mais qu’il y ait quelque chose en plus que tout un chacun apporte.

Pour plus d’infos.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!