Evan Vucci/The Associated Press Donald Trump

Plusieurs femmes ont révélé mercredi avoir été touchées de manière inappropriée par le candidat républicain à la présidence américaine, Donald Trump.

Dans un article publié par le New York Times, Jessica Leeds, une femme d’affaires âgée de 74 ans, a raconté comment M. Trump a «mis sa main sous [sa] jupe» lors d’un voyage en avion il y a 35 ans.

Mme Leeds était assise à côté de M. Trump en classe affaires, mais ne l’avait jamais rencontré auparavant. «Nous avons conversé de tout et de rien. Après qu’ils eurent débarrassé le repas, l’appuie-bras avait été levé et tout d’un coup, il mettait ses mains partout, a-t-elle relate-t-elle. Il était comme une pieuvre.» Elle a ensuite décidé de se lever et d’aller prendre un siège en classe économique pour fuir cette agression alléguée.

La femme dit avoir été extrêmement choquée dimanche d’entendre Donald Trump dire que ses propos sur le fait d’embrasser et de toucher les femmes sans leur consentement n’étaient que paroles et qu’il n’avait jamais commis de tels actes. «Je voulais frapper mon écran de télévision», a-t-elle dit au New York Times.

Jessica Leeds dit avoir commencé à parler de son histoire dès qu’il a été clair que Donald Trump pourrait devenir président. «Dans les années 1960, 70 et 80, la société nous faisait croire que c’était de notre faute si on attirait l’attention des hommes, a-t-elle rappelé. On ne se plaignait pas à la police ou à notre patron.»

Une autre femme, Rachel Crooks, a également confié au New York Times avoir été agressée par Donald Trump il y a une dizaine d’année. Mme Crooks, alors âgée de 22 ans, était réceptionniste pour une compagnie d’investissement immobilier domiciliée dans la tour Trump, à Manhattan, quand les faits allégués se sont produits. Elle raconte avoir rencontré le milliardaire devant un ascenseur et s’être présentée. Après les politesses, l’homme n’a pas voulu lâcher la main de la jeune femme et a commencé à l’embrasser sur les joues. Puis, il l’a «embrassée directement sur la bouche», a mentionné Rachel Crooks. Elle est retournée à son bureau et a appelé sa sœur, Brianne Webb, pour se confier. «Ce n’est pas normal», a réagi Mme Webb.

Mis au fait de ces accusations avant la publication de l’article, Donald Trump a accusé le New York Times d’inventer des histoires. «Rien de cela n’est arrivé», a-t-il dit. Visiblement énervé, le candidat à la présidentielle a également dit à la journaliste qu’elle était «un être dégoûtant», rapporte le quotidien new-yorkais.

Dans un communiqué publié mercredi soir, l’équipe de Donald Trump dément ces accusations. «Cet article entier est une pure fiction, a fait savoir le conseiller en communication Jason Miller. Revenir en arrière de plusieurs décennies est une tentative de salissage de M. Trump et minimise l’agression sexuelle. C’est un nouveau record de bassesse qui démontre jusqu’où les médias sont prêts à aller pour affecter l’élection.» M. Miller qualifie cet article de «dangereux».

Les révélations s’accumulent

Le Palm Beach Post a également publié mercredi un témoignage d’une femme qui allègue que Donald Trump l’a agressée.

Mindy McGillivray a révélé au journal floridien que M. Trump lui a touché les fesses, alors qu’elle aidait un ami photographe durant un concert de Ray Charles à la résidence chic Mar-a-Lago, propriété de l’empire Trump, il y a 13 ans.

Après le spectacle, la femme qui avait 23 ans à l’époque a senti quelque chose lui prendre les fesses. «J’ai tout d’abord pensé que c’était le sac de la caméra, a-t-elle relaté. Je me suis retourné et j’ai vu Donald. Il a  regardé ailleurs rapidement. J’étais stupéfaite.»

Elle dit avoir gardé le silence à ce moment, pour ne pas «faire une scène».

Ces révélations ont semblé faire éclater la digue qui retenait plusieurs femmes de parler des abus dont elles ont été victimes en côtoyant Donald Trump. Tard en soirée, mercredi, d’autres femmes affirmaient avoir été la proie du milliardaire.

Une ancienne candidate du concours Miss USA 2001 – dont Trump était le président – a affirmé au quotidien britannique The Guardian que l’homme d’affaires avait délibérément fait irruption dans la loge où elle et une autre compétitrice étaient nues.

Le magazine People rapportait quant à lui l’histoire d’une photographe qui aurait été agressée en 2005 par le milliardaire. Sa femme, Melania Trump, était alors sur le point d’accoucher.

Le directeur des communications de Hillary Clinton a qualifié ces révélations de «troublantes», dans un communiqué publié mercredi soir. «Cela colle avec ce que nous savons sur la façon dont Donald Trump a traité les femmes», juge-t-il.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!