Il peut être très dangereux, quand on se trouve en situation d’autorité, d’avoir des préférés.

Vous l’avez peut-être déjà vécu : vous vous démenez, vous mettez les efforts nécessaires pour atteindre vos objectifs, mais vous savez que vous ne serez jamais reconnu, parce que votre patron a des préférés et que, sans égard à la qualité de leur travail, c’est eux qui seront reconnus.

Que se passe-t-il alors? Votre énergie chute, votre enthousiasme s’éteint et vous cessez de vous donner à fond pour assurer le succès de l’organisation. Vous êtes à off.

Il y a de grands dangers à avoir des chouchous dans le service qu’on gère. Je vous en présente trois.

Votre crédibilité 
sera entachée
On risque fort de douter de votre compétence si vos décisions, au lieu de reposer sur des faits, sont teintées de favoritisme. À ce moment, vous n’êtes plus un leader : vous devenez un chef de bande qui ne récompense pas en fonction des efforts et des résultats mais au regard de ses affinités personnelles.

L’employé privilégié
risque d’être ostracisé 
par le reste du groupe
Les gens n’aiment pas les chouchous. Ils ont l’impression que les privilégiés partent avec une longueur d’avance et qu’ils ont accès à des informations dont les autres sont privés. En conséquence, ils les évitent, parlent d’eux en mal ou sabotent carrément leurs efforts.

Le degré de confiance risque de chuter dans l’équipe
C’est ce qui arrive quand un leader perd sa crédibilité et que la colère gronde dans l’équipe. Pour performer, les gens ont besoin de savoir que leurs efforts seront reconnus ou récompensés. S’ils se rendent compte que c’est peine perdue, vous venez de torpiller leur désir de s’investir.

Vous ne souhaitez pas que cela vous arrive, n’est-ce pas? Je vous suggère alors de gérer vos troupes avec équité. Assurez-vous que, pour un travail de valeur égale, tous soient payés selon la même échelle. Faites en sorte de traiter les demandes des employés au même rythme, sans égard à la qualité de vos relations avec eux, et, surtout, offrez à tous une belle justice communicationnelle. Il n’est pas question de faire fi de la présence de certains tandis que vous louangez la présence d’autres personnes. Soyez égalitaires dans vos interactions.

C’est d’autant plus important s’il s’avère que tout ceux qui sont vos préférés correspondent au même portrait-robot. Vous pourriez alors être accusé de discrimination envers ceux qui n’affichent pas le même profil.

Si vous vous reconnaissez, faites preuve de curiosité et partez à la recherche des talents et des connaissances des gens que vous ignoriez jusqu’à maintenant. Vous risquez d’être ébahi!

Aussi dans Au boulot! :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!