Métro Procrastiner peut nuire à votre image professionnelle et freiner votre progression.

Avez-vous tendance à remettre à demain ce qui devrait être fait aujourd’hui? Ne vous en faites pas, ça se soigne!

Vous arrive-t-il de prendre 10 minutes pour décider de reporter à demain une tâche qui ne vous aurait pris que 2 minutes si vous l’aviez exécutée immédiatement? Avez-vous tendance à reporter aux calendes grecques des actions qui pourraient améliorer votre sort? Dans l’affirmative, vous souffrez de procrastination.

Cette habitude peut nuire à votre image professionnelle et freiner votre progression. Les patrons n’aiment pas les employés qui ne font pas rapidement les gestes qui sont attendus d’eux.

Les occasions sont éphémères. Le client potentiel que vous n’appelez pas aujourd’hui aura peut-être acheté ailleurs quand vous vous déciderez enfin à le contacter. Le cours que vous aimeriez suivre n’est peut-être offert qu’une fois par année. En remettant les choses à demain, vous laissez passer les occasions.

Si vous vous reconnaissez dans les paragraphes précédents, comment faire pour passer à l’action? Dans un premier temps, tentez de comprendre ce qui vous empêche d’agir maintenant.

Est-ce la peur de l’échec? Il y a des gens qui redoutent tellement d’échouer qu’ils s’empêchent de réussir. De peur de commettre le moindre impair, ils ne font rien. Or, l’être humain apprend par essai et erreur. En procrastinant, on reste bloqué dans le passé et on ne s’adapte pas à ce monde en mouvance.

D’autres ont peur du succès. Eh oui, c’est possible! Certaines personnes craignent de réussir parce qu’elles se sous-estiment et qu’elles craignent qu’une réussite augmente les attentes des autres à leur égard. En conséquence, elles sabotent leurs chances de succès.

Il y a ensuite la pensée magique. Certains s’imaginent qu’à force d’ignorer un problème ou un besoin, il finira par disparaître. Malheureusement pour eux, l’effet est inverse : les problèmes qu’on ignore ont tendance à empirer.

Que dire du perfectionnisme? Certains craignent à ce point le regard des autres qu’ils ne feront rien s’ils ne sont pas certains que la tâche sera exécutée à la perfection. Or, la perfection n’est pas de ce monde. Il faut apprendre à relativiser l’importance des échéances et la qualité du travail. Le perfectionnisme immobilise tout autant que la peur.

Il y a également le doute et le sentiment d’impuissance. Si la tâche à exécuter vous apparaît comme une montagne parce que vous doutez de vos compétences ou que vous craignez de ne pas avoir le temps de la mener à terme, il peut être tentant de la reporter.

Une fois la cause de votre procrastination établie, adoptez des habitudes qui réduiront votre propension à remettre les choses à plus tard. Ces habitudes, nous les découvrirons dans une prochaine chronique.

Aussi dans Au boulot! :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!