Ce qu’ils méritent

Depuis le début de l’année, le ministre des Finances, Jim Flaherty, s’y est pris à deux fois pour inciter le milieu des affaires canadien à investir le bas de laine (un demi-milliard de dollars) que les diminutions d’impôt consenties par son gouvernement lui ont permis de constituer. Si l’invitation reste lettre morte, alors que les besoins sont criants, il lui faudrait penser à annuler lesdites diminutions d’impôt, et ce… rétroactivement. Le cas échéant, les gens d’affaires n’auront que ce qu’ils méritent.

Sylvio Le Blanc, Montréal

Un gouvernement de coalition?

Chantal Hébert évoque depuis un certain temps, dans Les coulisses du pouvoir ainsi que dans sa chronique dans L’actualité, la probabilité d’une coalition du Parti libéral du Québec (PLQ) avec la Coalition avenir Québec.

Bien que cela soit possible sur le plan constitutionnel si le lieutenant-gouverneur du Québec le permet, je ne suis pas d’accord avec une telle assertion.

Politiquement, ça se joue mal face à l’électorat.

À court terme, on voit mal une alliance entre ces deux formations politiques sans qu’un chef du PLQ ait été désigné. Dans cette éventualité, Legault deviendrait premier ministre parce qu’il est le seul chef à avoir été élu en tant que tel. Peu probable.

De plus, advenant une coalition avec un nouveau chef libéral, qui n’a pas été plébiscité en tant que premier ministre lors d’une élection générale, je vois mal la légitimité de ce possible gouvernement.

Si un vote de confiance défait le gouvernement sur le budget et provoque des élections générales hâtives, l’odieux risque de revenir aux partis d’opposition, qui pourraient y perdre des plumes.

Au fédéral, on avait évoqué une telle possibilité pour éjecter les conservateurs du pouvoir sur une question budgétaire, sans jamais le faire.

Bref, il faut vraiment une crise majeure pour valider ce genre de putsch et ce ne semble pas être le cas ici.

Jimmy St-Gelais, Saint-Jérôme

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!